Des syndicalistes neuchâtelois s’opposent à la réforme des retraites

De plus en plus de voix s’élèvent contre la hausse à 65 ans de l’âge de la retraite des femmes ...
Des syndicalistes neuchâtelois s’opposent à la réforme des retraites

Même si les syndicats soutiennent la réforme au niveau national, les opposants se mobilisent dans les sections régionales

 La hausse de l'âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans rapporterait 1,2 milliard de francs à l'AVS.

De plus en plus de voix s’élèvent contre la hausse à 65 ans de l’âge de la retraite des femmes. Certains syndicalistes neuchâtelois ont prévu de combattre la réforme Prévoyance vieillesse 2020.

Le projet est pourtant soutenu par le Syndicat des services publics (SSP), Unia et l’Union syndicale suisse (USS) au niveau national, mais les opposants sont en train de se mobiliser dans les sections régionales. Le référendum a d’ailleurs été lancé par les groupements syndicaux genevois et vaudois.

 

Trop désavantageux pour les femmes

La section neuchâteloise du SSP a prévu de se joindre à la récolte des signatures, le comité doit encore entériner cette décision jeudi. « Il y a des avancées intéressantes, on se dirige vers un renforcement de l’AVS, mais l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes pèse trop lourd », explique Yasmina Produit, secrétaire régionale. « Une réforme neuchâteloise est aussi en cours qui prévoit des pertes de rentes conséquentes pour les bénéficiaires de la caisse de pension Prévoyance.ne, le cumul des deux réformes est inadmissible. »

 

Tensions au sein du SSP

Les sections régionales du SSP sont libres d’adopter des positions différentes de celles votées par l’assemblée des délégués au niveau national. Mais la question des retraites divise profondément le syndicat. Le vote a été très serré lors de l’assemblée : les délégués ont soutenu la réforme par 22 voix contre 19.

Comme l’a révélé Le Temps, certains secrétaires centraux qui souhaitent militer pour le référendum ont reçu une lettre de la direction nationale les menaçant de sanctions. Les secrétariats régionaux, dont Neuchâtel, ont envoyé un courrier pour protester contre cette façon de faire. Le SSP neuchâtelois se dit solidaire et réclame la libre expression également pour les secrétaires centraux.

 

Unia soutient d'une seule voix

Du côté du syndicat Unia, le son de cloche est tout autre. Les sections régionales doivent se plier aux décisions de l’assemblée des délégués, qui a voté par 55 voix contre 47 en faveur de la réforme. Unia Neuchâtel affirme suivre la ligne nationale. Mais chaque membre peut, à titre individuel, soutenir le référendum.

Le peuple suisse se prononcera le 24 septembre sur cette réforme des retraites, vu qu'elle induit une modification de la Constitution. Le comité référendaire a décidé de lancer malgré tout une récolte de signatures pour que le débat puisse porter sur l'augmentation de l'âge de la retraite des femmes et la baisse du taux de conversion du deuxième pilier. /mvr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus