La criminalité continue de baisser dans le canton de Neuchâtel

Le nombre d’infractions au Code pénal suisse est en constante diminution dans le canton de ...
La criminalité continue de baisser dans le canton de Neuchâtel

Les violences graves, les cambriolages et les infractions commises par des mineurs s'amenuisent

 Les cas de cambriolages sont en nette diminution.

Le nombre d’infractions au Code pénal suisse est en constante diminution dans le canton de Neuchâtel, il a baissé de 14% en 2016 contre une baisse de 4% au niveau national.

Aucun homicide n’est à déplorer. Les délits avec violence grave diminuent de 10% et les vols par effractions de 33%. Cette diminution spectaculaire des cambriolages s’explique notamment par une campagne de prévention menée en 2015 et par effort massif dirigé vers les auteurs « sériels et prolifiques », comme les nomme la police. La neutralisation de ces cambrioleurs particulièrement actifs a un impact important sur la criminalité. La Police neuchâteloise estime en revanche que, malgré leur diminution à 25%, les vols par introductions clandestines sont encore trop nombreux. Elle appelle les habitants à fermer leurs portes à clef pour éviter de se voir dérober facilement un sac à main ou un porte-monnaie posés dans l’entrée.

 

Meilleure prise en charge des violences conjugales

Dans le domaine des violences conjugales, le nombre d’affaires traitées est en baisse mais le canton de Neuchâtel a le taux le plus élevé de Suisse. La police explique qu’il n’y a pas davantage de violences sur territoire neuchâtelois mais que, grâce à une loi spécifique sur la violence conjugale qui date de 2004, la prise en charge est meilleure.

Les agents sont formés pour ce genre de cas : même si sur place tout semble calme, ils emmènent les protagonistes au poste, vérifient ce qui s’est passé ces dernières années et semaines, dressent des procès-verbaux et posent des questions ciblées pour savoir s’il y a eu menaces, contraintes, séquestrations… Toutes les infractions sont ensuite systématiquement dénoncées.

 

Une nouvelle génération

Le taux de dénonciation des mineurs est aussi en chute libre, il a atteint 8,8% en 2016. Les criminologues ont encore des difficultés à expliquer cette tendance, mais des sondages menés depuis 1999 à Lausanne et à Zürich montrent que les jeunes changent de comportement : ils sortent moins dans l’espace public, consomment moins d’alcool, de cannabis et de cigarettes, ont plus tendance à rester chez eux et à communiquer sur les réseaux sociaux.  

Les cas de blanchiment d’argent sont en revanche en augmentation dans le canton de Neuchâtel car quelques individus exploitent un nouveau créneau : ils recrutent des quidams sur des sites de petites annonces en ligne pour qu’ils aillent faire des versements pour eux via la Western Union. L’argent provient en général de la vente de stupéfiant ou d’escroqueries sur des sites de vente sur internet. La police met en garde : celui qui accepte de faire un versement pour quelqu’un d’autre peut aussi être dénoncé pour blanchiment d’argent.

Malgré son tissu urbain, Le Locle reste très peu concerné par la plupart des infractions recensées dans le reste du canton. La police fait une hypothèse qui s’est confirmée pour certains délits : les gens du Locle auraient plutôt tendance à se rendre à La Chaux-de-Fonds pour leurs activités sociales et nocturnes, ils commettraient donc des infractions dans la Métropole horlogère et non pas dans leur commune… /mvr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus