Christian Clot de retour à Neuchâtel

Voyager dans des endroits où il ne fait pas bon vivre ne lui fait pas peur, encore moins lorsqu’il ...
Christian Clot de retour à Neuchâtel

L'explorateur neuchâtelois était lundi au CSEM à Neuchâtel, où ont été conçus les capteurs qu'il portait lors de son expédition. L'heure est à l'analyse des données récoltées

Christian Clot Les capteurs corporels que portait Christian Clot lors de son expédition ont été conçus au CSEM de Neuchâtel.

Voyager dans des endroits où il ne fait pas bon vivre ne lui fait pas peur, encore moins lorsqu’il s’agit de faire avancer la recherche scientifique. L’explorateur Christian Clot a bouclé il y a deux semaines son expédition «4x30 jours»; une aventure durant laquelle il a traversé les environnements climatiques les plus extrêmes du globe, avec l’objectif d’étudier les capacités d’adaptation du cerveau et du corps humains. Il est passé par le désert iranien, la Patagonie, la forêt amazonienne et les plaines de Sibérie.

Pour ce faire, Christian Clot portait sur lui un système de monitoring conçu au Centre suisse d’électrotechnique et de microtechnique (CSEM) de Neuchâtel. Rythme cardiaque, activité respiratoire ou encore température corporelle, les paramètres physiologiques de l’explorateur ont été enregistrés jour après jour. L’expédition terminée, il s’agit désormais d’analyser les informations récoltées grâce aux technologies du CSEM.

En attendant, Christian Clot prépare la deuxième phase de son projet d’adaptation. L’an prochain, il regagnera ces quatre environnements hostiles en compagnie de vingt personnes, avec l'objectif d'intégrer les interactions sociales et les mécanismes de leadership dans cette étude. /fba


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus