Une assemblée sans parler de taureaux

Trop de sangliers, trop de dégâts aux cultures, trop d’attaques contre la paysannerie… Mais ...
Une assemblée sans parler de taureaux

La CNAV tenait son assemblée générale vendredi à La Brévine. Pas l'ombre d'un taureau à l'ordre jour

Ni le président Stéphane Rosselet (au centre), ni le directeur, Yann Huguelit (à droite), ni le public n'a évoqué la construction d'une halle d'engraissement pour plus de 700 taureaux à Coffrane, durant l'assemblée générale de la Chambre neuchâteloise d'agriculture et de viticulture, vendredi à La Brévine. Ni le président Stéphane Rosselet (au centre), ni le directeur, Yann Huguelit (à droite), ni le public n'a évoqué la construction d'une halle d'engraissement pour plus de 700 taureaux à Coffrane, durant l'assemblée générale de la Chambre neuchâteloise d'agriculture et de viticulture, vendredi à La Brévine.

Trop de sangliers, trop de dégâts aux cultures, trop d’attaques contre la paysannerie… mais pas trop de taureaux. La Chambre neuchâteloise d’agricutlure et de viticulture tenait son assemblée générale vendredi matin à La Brévine. À aucun moment il n’a été question de la halle d’engraissement de taureaux en construction à Coffrane. Pourtant le projet fait grand bruit. Les Verts neuchâtelois désapprouvent et un collectif citoyen s’est créé pour exprimer son opposition.

Du côté de la CNAV, on s’aligne sur la décision de la Confédération qui ne voit pas de motif d’interdire cette usine à viande bovine.

La chambre d’agriculture estime que le projet répond aux exigences environnementales. Le directeur espère qu’une partie du bétail engraissé à Coffrane sera bouchoyé aux Ponts-de-Martel. /cwi  


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus