De l'espace pour les cochons

L’horloge tourne pour les éleveurs de porcs. Ils ont jusqu’au 1er septembre 2018 pour adapter ...
De l'espace pour les cochons

La mise aux normes pourrait s'avérer très coûteuse pour certains exploitants

De l'espace pour les cochons Les porcs bénéficieront d'espace supplémentaire et d'un accès extérieur

L’horloge tourne pour les éleveurs de porcs. Ils ont jusqu’au 1er septembre 2018 pour adapter leurs infrastructures aux nouvelles normes de détention édictées par la loi sur la protection des animaux. Afin de faire face aux changements qui se profilent, la section romande de Suisseporcs a organisé une séance d’information la semaine dernière à Villars-le-Grand dans le canton de Vaud. Une cinquantaine d’éleveurs ont pris part à cette rencontre de sensibilisation.

Des adaptations conséquentes

Le plus grand changement consiste notamment à augmenter la surface par bête de 0,65 à 0,9 m2. Les éleveurs devront donc choisir entre agrandir leurs installations ou diminuer leurs effectifs d’un tiers. Le président de la section romande de Suisseporcs reconnait que cette réforme risque de bouleverser le marché du porc. « Les passionnés s’adapteront et continueront mais d’autres vont fermer boutique »  nous a confié René Eicher, lui-même agriculteur et éleveur de porcs à Tavannes. Une répercussion sur le prix de la viande de porc dans les années à venir est probable. Dans le canton de Neuchâtel, une vingtaine d'éleveurs possède des exploitations de taille moyenne.    

La PSA veille au grain

La Protection Suisse des Animaux, de son côté, a déjà averti qu’elle procéderait à des contrôles inopinés dans les porcheries dès la mise en vigueur des nouvelles normes. La section romande de Suisseporcs tient à voir ces vérifications d’un œil positif. Les contrôles permettront notamment de crédibiliser la filière porcine qui a connu plusieurs dérapages ces dernières années. Des images scandaleuses tournées dans des porcheries avaient suscité une vague d'indignation parmi la population. Depuis la mise au jour de ces dérapages, « le cochon est sous la loupe » nous a glissé René Eicher. /nme      


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus