« Laissez-moi en prison ou je la démembre ! »

Un homme a comparu mercredi devant le Tribunal criminel à Boudry. Il est notamment accusé ...
« Laissez-moi en prison ou je la démembre ! »

Renvoi du procès d'un homme accusé d’avoir tenté de tuer son ex-compagne. Le Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers demande une expertise complémentaire à la suite de l’audience

Le procès d'un homme accusé d’avoir tenté de tuer son ex-compagne a été renvoyé. Le Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers demande une expertise complémentaire à la suite de l’audience Le Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers à Boudry a connu une audience mouvementée.

Un homme a comparu mercredi devant le Tribunal criminel à Boudry. Il est notamment accusé d'avoir tenté de tuer sa compagne à la suite d'une séparation.

En juillet passé, l'homme l’aurait roué de coups alors qu'elle était assoupie chez une amie. Emprisonné depuis les faits, le prévenu a fait vivre une audience mouvementée au tribunal qui a renvoyé le procès en demandant une nouvelle expertise psychiatrique.

« Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas dangereux » a pourtant asséné le prévenu au début de l'audience. Une affirmation mise à mal dès les premières minutes du procès.

Par neuf fois, le prévenu a menacé l'amie de la plaignante, qui a aussi porté plainte,  de la démembrer une fois qu'il serait sorti de prison. Et de renchérir qu'il souhaitait rester derrière les barreaux. « Nourri, logé, blanchi » selon ses termes.

 

Nez fracturé avec une boule en céramique

En juillet 2016, le prévenu - selon sa version des faits - aurait décidé de quitter son amie. Il l'accusait de l'avoir arnaqué et d'avoir envoyé leurs économies à sa famille en Espagne. Alors que ce dernier allait rechercher les clés de l'appartement chez des amis où était logée la plaignante, il aurait été pris d'un accès de rage et lui aurait asséné plusieurs coups au visage avec une boule en céramique. Ce faisant, il lui aurait brisé le nez. Le prévenu aurait en outre tenté de l'étrangler avant d'arrêter son geste.

Avant d'être interpellé quelques heures plus tard, il s'est en outre fait flasher deux fois sur la route de Bienne à Neuchâtel à presque 150 kilomètres à l'heure. Elément manquant de l'enquête, il a déclaré durant l'audience qu'il avait consommé de l'alcool en grande quantité durant son rodéo.

 

Le prévenu refuse la thérapie et veut rester en prison

Pendant l'audience, le prévenu s'est déclaré maintes fois coupable et a souhaité rester en prison, ce qu'il appelle lui-même « des vacances ». Il s'est en outre montré menaçant et a hurlé de nombreuses fois durant l'audience montrant des gestes brusques et des signes de fébrilité tout en assurant qu'il n'était pas violent.

À la lueur du témoignage du prévenu ainsi que par son attitude, les juges ont demandé un report du procès. Un complément d’expertise psychiatrique est requis. De nouveaux éléments manquants de l’enquête, comme le témoignage de l’ami qui logeait l’ex-compagne, ainsi que des pièces à conviction, comme la boule de céramique, ont en outre été exigés par les juges pour statuer sur le sort du prévenu.

Le procès reprendra d’ici plusieurs mois. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus