La conjoncture retrouve un peu d’entrain

« Vers une lente amélioration » : c’est par ces mots que l’économiste Jean-Pierre Ghelfi qualifie ...
La conjoncture retrouve un peu d’entrain

L'enquête conjoncturelle montre que l'économie neuchâteloise va vers le mieux, sauf l'horlogerie qui reste à la peine

Le nombre d'employés de l'horlogerie sans travail ne cesse d'augmenter depuis 2012.

« Vers une lente amélioration » : c’est par ces mots que l’économiste Jean-Pierre Ghelfi qualifie la conjoncture économique pour ce premier trimestre 2017 dans le canton de Neuchâtel. L’économie neuchâteloise se trouve tout de même un cran en-dessous par rapport à l’échelle nationale côté optimisme.

À titre d’exemple, la perspective des affaires à court terme, soit six mois, est redevenue positive dans plusieurs branches, comme la métallurgie, les équipements électriques ou la mécanique de précision. En revanche, l’industrie horlogère continue de broyer du noir, de même que celle des machines et moyens de transports.

Et si le canton de Neuchâtel affiche toujours le taux de chômage le plus élevé du pays avec 6,6%, les exportations neuchâteloises ont tout de même atteint un record l’an passé à près de 10 milliards de francs, en hausse de 22,1%. Cette augmentation est principalement due au domaine des produits chimiques et pharmaceutiques. /comm-sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus