RIE III : pas de position mais de l’anticipation

Le gouvernement neuchâtelois ne veut pas prendre position sur RIE III. Les Suisses s’expriment ...
RIE III : pas de position mais de l’anticipation

Le gouvernement neuchâtelois ne veut pas prendre position sur RIE III. Le gouvernement neuchâtelois ne veut pas prendre position sur RIE III.

Le gouvernement neuchâtelois ne veut pas prendre position sur RIE III. Les Suisses s’expriment sur la troisième réforme de la fiscalité des entreprises le 12 février. Le Conseil d’Etat a répondu mercredi matin à une interpellation urgente du groupe PLR. Les libéraux-radicaux demandaient au gouvernement de prendre position sur l’objet, ce qu’il a refusé de faire. 

Cette absence de position s’explique parce qu’il y a « certains éléments qui plaident en faveur de RIE III, mais il y a aussi de trop nombreuses inconnues sur la façon dont les outils proposés par cette réforme pourront être utilisés. » C’est ce qu’a expliqué le conseiller d’Etat en charge des finances mercredi matin au Grand Conseil.

Mais pour Laurent Kurth, pas de recommandation ne veut pas dire pas de préparation. « Les services de l’Etat préparent déjà l’après-12 février. » Pour le conseiller d’Etat, en cas de oui, Neuchâtel devra être prêt le 1er janvier 2019 avec une adaptation de sa législation.

Laurent Kurth en a profité pour évoquer « les initiatives en tous genres » qui portent sur la fiscalité à Neuchâtel. Le conseiller d’Etat les a comparé à des « gesticulations pré-électorales qui peuvent nuire à l’attrait du canton. » /aju


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus