Neuchâtel en queue de peloton

Une étude du Crédit Suisse le confirme une fois de plus, Neuchâtel n’est pas un canton attractif ...
Neuchâtel en queue de peloton

Une étude du Crédit Suisse le confirme une fois de plus, Neuchâtel n’est pas un canton attractif sur le plan financier. Il arrive en 22e position sur le plan suisse. Uri reste le plus attrayant. Une fois les dépenses obligatoires et les charges fixes réglées, les Uranais sont ceux qui disposent de plus de moyens pour les dépenses de consommation. Genève et Bâle-Ville se retrouvent en queue de peloton.

Une des explications de la mauvaise position de Neuchâtel, selon l’étude, réside dans le fait que, comme Genève, Vaud, Bâle et Zurich, notre canton est à forte composante urbaine. Les frais de logement, les impôts et les primes d’assurance-maladie sont supérieurs à la moyenne suisse. En termes d’impôt, un couple qui vit à Zoug avec un revenu de 100'000 francs payerait presque 11'000 francs d’impôts en plus dans le canton de Neuchâtel. En revanche, Neuchâtel fait un gros effort sur les frais de garde des enfants. C’est même le canton qui permet la plus importante déduction. Elle se monte à plus de 19'000 francs alors qu’elle n’est que de 3'000 francs en Valais.

Si on prend le cas d’une personne seule qui vit à Neuchâtel avec un revenu de 75'000 francs par année et une fortune de 50'000 francs, elle pourrait économiser près de 3'000 francs par année en déménageant de quelques kilomètres, à Provence dans le canton de Vaud et même 5'500 francs si elle s’installe à La Ferrière. Une famille qui fait garder ses deux enfants aura aussi intérêt à aller à La Ferrière, en revanche, elle aura moins de revenu disponible à la fin du mois si elle déménage à Provence. À noter encore les disparités dans le canton de Neuchâtel entre les communes. Dans les villes, c’est Le Locle qui est le plus avantageux pour les familles et les célibataires. /sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus