L’heure est au bilan positif pour Richard Mille

Richard Mille ne connaît pas la crise. L’entreprise horlogère, basée aux Breuleux dans les ...
L’heure est au bilan positif pour Richard Mille

  Une hausse de 20% du chiffre d'affaires pour le groupe Richard Mille, basé aux Breuleux.

Richard Mille ne connaît pas la crise. L’entreprise horlogère, basée aux Breuleux dans les Franches-Montagnes a vu son chiffre d’affaires grimper de 20% en 2016. Il se monte à 225 millions de francs alors que le contexte économique dans la branche est compliqué. Ces chiffres s’expliquent notamment par la hausse du prix moyen du produit. L’information émane d’un article du quotidien de l’agence économique et financière, l’AGEFI, publié lundi. Durant l’année en cours, Richard Mille a vendu quelque 3'500 montres, soit 300 de plus qu’en 2015. « Il faut relativiser ces statistiques. On fabrique une faible quantité de montres en regard de ce qui se fait dans le monde industriel. Mais c’est vrai que c’est une progression dans la lignée de ce qui était prévu », détaille le directeur de la production du groupe Richard Mille. Selon Yves Mathys, l’entreprise table sur une augmentation d’environ 10% de ses ventes l’an prochain, par rapport à 2016. « Les demandes de nos clients pour nos produits sont sans cesse en augmentation », ajoute le responsable qui révèle, par ailleurs, « qu’on a encore pleins de nouvelles idées pour l’avenir ».

Le regard externe d’un expert

Trois paramètres expliquent ces bons résultats, selon le journaliste spécialisé dans le domaine horloger, Grégory Pons. D’abord, la personnalité très habile de Richard Mille pour détecter et fréquenter les clubs de milliardaire. Ce patron connaît bien sa clientèle et sait également dénicher les bulles de richesse. Richard Mille est aussi un expert du marketing des produits de luxe. Sa culture horlogère consiste à maintenir la rareté et l’exclusivité du produit pour le rendre encore plus désirable. Enfin, le positionnement social et esthétique de la marque Richard Mille est justement facilement identifiable. Porter l’une de ses montres est une preuve d’ultra-richesse. Grégory Pons conclut en affirmant que « la progression de 20% du chiffre d’affaires récompense le travail et le savoir-faire de l’entreprise ». /bbo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus