FNAC : la librairie Mot de passe poursuit son combat

À quatre jours de l’ouverture de la FNAC à La Maladière Centre à Neuchâtel, la librairie Mot ...
FNAC : la librairie Mot de passe poursuit son combat

Florence Bourdin, FNAC, librairie Mot de passe, Maladière centre

À quatre jours de l’ouverture de la FNAC à La Maladière Centre à Neuchâtel, la librairie Mot de passe n’abandonne pas la partie. Sa gérante, Florence Bourdin, a décidé de poursuivre son combat en justice contre l’installation du distributeur français. Elle a déposé un recours auprès du Tribunal fédéral début octobre, après n’avoir pas eu gain de cause auprès du Tribunal cantonal. Elle indique être au bénéfice d’une clause de non-concurrence inscrite dans le bail qu’elle a conjointement signé avec son bailleur, Coop.

Elle estime que la venue de la FNAC enfreint clairement cette clause et espère que le Tribunal fédéral empêchera l'enseigne française de poursuivre ses activités à La Maladière Centre.

Florence Bourdin, Librairie Mot de passe, Maladière centre, FNAC, Neuchâtel, Joël Dicker Le message de soutien adressé par Joël Dicker à la librairie Mot de passe à Neuchâtel.

En attendant le verdict de la justice fédérale, Florence Bourdin redoute fortement l’arrivée de ce concurrent. La survie de sa librairie se joue à Noël, période où les ventes sont les plus importantes. La gérante redoute dès lors que la clientèle de passage se tourne uniquement vers la nouvelle enseigne.

Florence Bourdin dit malgré tout pouvoir compter sur le soutien d’une clientèle fidèle. Elle a également reçu plusieurs marques d’encouragement, dont l’une de l’écrivain genevois Joël Dicker.

Inquiétudes au-delà de Neuchâtel

De son côté, Marianne Aeby, de la librairie Le Rat conteur, située juste à côté de La Maladière Centre, redoute un peu moins l’arrivée de la FNAC. Son magasin étant concentré avant tout sur les livres et sur les jeux pour enfants, elle estime que le distributeur français ne devrait pas lui faire trop d’ombre sur ce créneau.

En revanche, d’autres librairies indépendantes craignent également pour leur avenir face à l’arrivée de la FNAC, à l’image d’Une petite prose, à Boudry. Sa gérante, Dominique Bressoud, redoute, elle aussi, que la clientèle de passage à la période de Noël choisisse la chaîne française plutôt qu’une librairie indépendante pour faire ses cadeaux. Son magasin joue également sa survie durant cette fin d’année au cours de laquelle Dominique Bressoud réalise environ un quart de son chiffre d’affaires.  /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus