L’apprentissage en mode dual connaît un succès grandissant

L’apprentissage en mode dual a toujours plus la cote dans le canton de Neuchâtel. Lors de la ...
L’apprentissage en mode dual connaît un succès grandissant

Monika Maire-Hefti et Laurent Feuz Monika Maire-Hefti, conseillère d'Etat en charge du Département de l'éducation, et Laurent Feuz, chef du service des formations post obligatoires et de l'orientation.

L’apprentissage en mode dual a toujours plus la cote dans le canton de Neuchâtel. Lors de la rentrée 2016, 69,3% des jeunes Neuchâtelois ont opté pour une formation en entreprise et non en école à plein temps. C’est 2% de plus que l’an dernier. Ces chiffres ont été dévoilés lundi matin lors d’une conférence de presse à Fleurier. Le Conseil d’Etat neuchâtelois souhaite encore augmenter le nombre d’apprentis en formation duale. En 2008, le gouvernement s’était fixé comme objectif de faire passer ce taux de 57% à 80% et égaler ainsi la moyenne suisse.

Quant au nombre de contrats d’apprentissage signés, la hausse est significative avec une augmentation de près de 27% en sept ans. Lors de cette rentrée scolaire, 1’574 contrats ont été paraphés, contre 1'476 en 2015, soit une hausse de 6,6%.

Un projet-pilote pour intégrer les jeunes migrants

Autre fait marquant de cette rentrée scolaire 2016 du secondaire 2, le lancement d’un projet-pilote d’intégration professionnelle des jeunes migrants. Intitulé « My Connection » et soutenu par la Confédération, il vise à permettre aux jeunes migrants allophones de réaliser un apprentissage au sein d’une entreprise et d’apprendre le français par immersion dans le cadre de leur formation professionnelle. Le Conseil d’Etat souhaite créer un nouveau partenariat avec le monde économique neuchâtelois.

Bon départ pour la nouvelle maturité option pédagogie

La nouvelle maturité spécialisée option pédagogie a trouvé ses élèves. Ils sont 18 à avoir entamé cette formation cet été, treize du Littoral, trois des Montagnes et deux du Val-de-Travers. Ce cursus qui dure quatre ans a été inauguré par le Lycée Jean-Piaget sur son site de Fleurier.

Cette nouvelle maturité met un fort accent sur l’allemand grâce à un partenariat avec une école de Saint-Gall et propose également un enseignement sur tablette numérique. Pour suivre ce cursus qui doit permettre aux étudiants d’accéder directement à la Haute école pédagogique, la HEP-BEJUNE, des conditions contraignantes sont nécessaires : un bon niveau en math, en français et en allemand ainsi qu’un projet professionnel qui doit être en lien avec l’enseignement proposé. /comm-jpp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus