Brochette de poissons au menu du jour

La Ville de Neuchâtel ne va pas débourser 80'000 francs pour faire pousser le futur gazon synthétique ...
Brochette de poissons au menu du jour

capteur Le CSEM n'implantera finalement pas de capteurs sous la pelouse de la Maladière.

La Ville de Neuchâtel ne va pas débourser 80'000 francs pour faire pousser le futur gazon synthétique du stade de la Maladière. Il s’agissait du poisson d’avril de notre rédaction.

Et pourtant, le procédé ne sort pas d’un scénario de science-fiction. Le Centre suisse d’électronique et de microtechnique, qui proposait de faire pousser le gazon synthétique du stade avec des capteurs, aurait les moyens technologiques d’y parvenir, en utilisant un procédé similaire à celui utilisé pour imprimer en trois dimensions. Les doutes concernent plutôt l’intérêt, ou disons le manque d’intérêt, d’une telle application.

Un autre poisson d’avril s’est glissé sur notre site internet. La commune de Boudry ne va pas mettre en place une signalisation spécifique pour guider la faune dans l’échelle à poissons de la centrale hydroélectrique sur l'Areuse. /abo-mvr-sma


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus