Un pas de plus pour sauver le rhinocéros blanc du Nord

Des vétérinaires ont prélevé avec succès les ovocytes des deux dernières femelles rhinocéros ...
Un pas de plus pour sauver le rhinocéros blanc du Nord

Un pas de plus pour sauver le rhinocéros blanc du Nord

Photo: KEYSTONE/EPA/DAI KUROKAWA

Des vétérinaires ont prélevé avec succès les ovocytes des deux dernières femelles rhinocéros blancs du Nord, ont annoncé des scientifiques vendredi au Kenya. Il s'agit d'un pas de plus dans les efforts acharnés pour sauver cette espèce de l'extinction.

La science représente le dernier espoir pour le rhinocéros blanc du Nord - l'une des deux sous-espèces de rhinocéros blanc - après le décès l'année dernière à l'âge de 45 ans du dernier mâle dans la réserve kényane d'Ol Pejeta.

Les deux femelles, Najin, 30 ans, et sa fille Fatu, 19 ans, ne sont pas en mesure de mener une grossesse à son terme. La première d'une fragilité de son train arrière incompatible à une portée et la seconde souffre de lésions dégénératives au niveau de l'utérus.

Depuis plusieurs années, un consortium de scientifiques et de spécialistes de la sauvegarde de la faune s'efforce de sauver le rhinocéros blanc du Nord en utilisant des techniques novatrices en matière de procréation assistée.

Ovocytes envoyés en Italie

'Nous avons réussi à prélever un total de dix ovocytes - cinq de Najin et cinq de Fatu - ce qui montre que les deux femelles produisent toujours des ovocytes et peuvent dès lors nous aider à sauver ces magnifiques créatures', a déclaré vendredi le professeur Thomas Hildebrandt, de l'institut Leibniz de recherche zoologique et animale, à Berlin.

En 2018, cette même équipe était parvenue à créer des embryons hybrides, résultat de la fécondation d'ovocytes de femelles de rhinocéros blancs du Sud avec des spermatozoïdes de rhinocéros blancs du Nord. Ces embryons avaient été congelés. Les prélèvements de jeudi permettent aux scientifiques d'escompter la création à court terme d'embryons à 100% rhinocéros blanc du Nord.

Les ovocytes prélevés, qui ne peuvent être congelés, ont immédiatement été envoyés dans un laboratoire spécialisé en Italie pour y être fécondés avec des spermatozoïdes qui avaient été prélevés sur quatre mâles de l'espèce désormais décédés. Les embryons seront ensuite implantés dans des mères porteuses appartenant à la sous-espèce des rhinocéros blancs du Sud.

Les rhinocéros modernes sillonnent les grands espaces de notre planète depuis 26 millions d'années. Au milieu du XIXe siècle, leur population était estimée à plus d'un million d'individus pour le seul continent africain. Mais de prétendues vertus médicinales attribuées en Asie à leur corne ont alimenté un braconnage implacable, qui a largement décimé le rhinocéros blanc du Nord.

/ATS
 

Actualités suivantes