Trump contre Obama: dernier week-end de campagne aux Etats-Unis

Le président Donald Trump sillonne ce week-end les Etats-Unis pour tenter de sauver la majorité ...
Trump contre Obama: dernier week-end de campagne aux Etats-Unis

Trump contre Obama: dernier week-end de campagne aux Etats-Unis

Photo: Keystone/AP/EVAN VUCCI

Le président Donald Trump sillonne ce week-end les Etats-Unis pour tenter de sauver la majorité républicaine au Congrès lors des élections législatives de mardi. Face à lui, un ex-président, Barack Obama, sorti de sa réserve pour mobiliser les démocrates.

Le premier rendez-vous électoral national depuis l'élection du milliardaire new-yorkais déterminera qui contrôlera les deux chambres du Congrès jusqu'à la prochaine présidentielle, en novembre 2020, à laquelle le président ne cache pas qu'il entend se présenter.

Il y a huit ans exactement, M. Obama s'apprêtait à subir un raz-de-marée républicain à ses propres premières élections de mi-mandat: c'était la 'révolution' de la mouvance conservatrice du Tea Party, au pic d'impopularité du président démocrate. Cette année, le retraité a la cote et est la figure la plus recherchée des candidats démocrates, remplissant un rôle autrefois occupé par Bill Clinton.

'Je suis là pour une simple raison: vous demander d'aller voter', a lancé Barack Obama vendredi soir à Atlanta, en Géorgie, pour soutenir la femme qui pourrait devenir mardi la première gouverneure noire élue de cet Etat du Sud, Stacey Abrams. 'Les conséquences de l'abstention sont profondes, car l'Amérique est à la croisée des chemins', a-t-il déclaré. 'Les valeurs de notre pays sont en jeu'.

Trump tout terrain

Les candidats républicains recherchent activement le soutien de Donald Trump, qui reste la personnalité la plus rassembleuse et populaire du parti. Le président est depuis plusieurs semaines pratiquement tous les jours sur le terrain, espérant convaincre ceux qui ont voté pour lui il y a deux ans de revenir aux urnes.

Contrairement à ce que faisaient ses prédécesseurs, il assume explicitement le fait que les élections de mi-mandat soient un référendum sur sa personne. Après deux meetings vendredi, Donald Trump avait encore quatre rassemblements prévus ce week-end: Montana, Floride, Géorgie et Tennessee.

Accusé par les démocrates d'avoir décomplexé l'extrême-droite et d'avoir servi de catalyseur à l'attaque mortelle dans une synagogue de Pittsburgh, il fait campagne sur deux thèmes principaux: la bonne santé économique du pays, et la lutte contre l'immigration clandestine, qu'il lie à l'insécurité.

'Un Congrès républicain signifie davantage d'emplois, moins de criminalité', a répété le président vendredi soir à Indianapolis. 'Une vague bleue égale une vague criminelle, c'est très simple', a-t-il martelé. 'Et une vague rouge égale emplois et sécurité'.

Participation en hausse

Echaudés par la surprise de l'élection présidentielle de 2016, les médias américains se montrent plus prudents. Ils évitent toute prédiction définitive à partir des sondages qui donnent un avantage national aux démocrates pour la chambre basse du Congrès.

Pour les 435 sièges de la Chambre des représentants, qui seront renouvelés pour deux ans, la course se concentre en fait sur une soixantaine de circonscriptions, les autres étant assez solidement ancrées chez l'un ou l'autre parti. Quant au Sénat, 35 sièges sur 100 sont en jeu, pour des mandats de six ans. Hasard du calendrier, ces 35 Etats sont pour la plupart dans des régions conservatrices, ce qui complique toute reconquête démocrate.

Centrées autour de Donald Trump, ces élections semblent bénéficier d'un enthousiasme inédit pour un rendez-vous qui habituellement ne suscite qu'une participation de 40 à 45%, contre plus de 60% aux présidentielles. Plus de 32 millions d'électeurs ont déjà voté, selon Michael McDonald, professeur à l'Université de Floride qui se spécialise dans le vote anticipé, autorisé par correspondance ou en personne dans la plupart des Etats américains.

C'est déjà 20% de plus que l'ensemble des votes anticipés aux élections de mi-mandat de 2014, selon lui, soit un enthousiasme similaire à ce que l'on voit aux scrutins présidentiels.

/ATS