Troisième jour de manifestations anti-Asia Bibi

Le Pakistan demeurait vendredi en grande partie paralysé par des islamistes protestant contre ...
Troisième jour de manifestations anti-Asia Bibi

Les islamistes pakistanais du TLP renoncent aux manifestations

Photo: KEYSTONE/AP/B.K. BANGASH

L'organisation islamiste pakistanaise Tehreek-e-Labaik (TLP) a annoncé vendredi qu'elle allait cesser ses manifestations contre la décision de la Cour suprême d'annuler la condamnation à mort contre Asia Bibi. Le TLP dit avoir trouvé un accord avec le gouvernement.

Cet accord met fin à trois jours de rassemblements de protestation dans les grandes villes. En vertu de cet arrangement, Asia Bibi, mère de cinq enfants qui était dans le couloir de la mort depuis 2010, sera interdite de sortie du pays.

'Nous avons conclu un accord avec le gouvernement', a dit à Reuters Ejaz Ashrafi, porte-parole du TLP. 'Une annonce sera faite sous peu par nos dirigeants'.

Le gouvernement a confirmé l'existence de cet accord, et le ministre des Affaires religieuses, Noor-ul-Qadri, a dit à la chaîne Geo TV: 'Les manifestations prendront fin ce soir'.

Soupçons d'exfiltration

On ignore où se trouvait vendredi Asia Bibi. Sa famille, menacée, s'est cachée tout au long de la semaine, et la rumeur voulait qu'Asia Bibi soit exfiltrée discrètement du pays par les autorités pakistanaises.

Dans le cadre de l'accord avec le TLP, toute personne arrêtée au cours des manifestations des derniers jours sera remise en liberté et des mesures légales seront prises pour placer Asia Bibi sur la 'liste de contrôle des sorties', ce qui veut dire qu'elle n'aura pas le droit de quitter le pays.

La perspective de voir Asia Bibi autorisée à quitter le Pakistan était inacceptable aux yeux du chef politique du TLP, Khadim Hussain Rizvi. 'S'ils font sortir Asia du pays, ce sera la guerre', a-t-il prévenu.

En trois jours de manifestations, les partisans du TLP ont bloqué les grandes artères de la mégapole de Karachi, ainsi que celles de Lahore et de la capitale Islamabad. D'autres villes ont été également touchées. Les autorités pakistanaises avaient suspendu vendredi les réseaux de téléphonie mobile dans les grandes villes, et nombre d'écoles étaient restées fermées.

Lors de ces journées de manifestations, les islamistes du TLP ont lancé des appels au meurtre contre les trois juges de la Cour suprême et ont demandé la démission du gouvernement.

/ATS
 

Actualités suivantes