Syrie: 37 civils tués dans des raids russes sur Idleb

Des frappes aériennes ont tué lundi 37 civils dont douze enfants dans la province syrienne ...
Syrie: 37 civils tués dans des raids russes sur Idleb

Syrie: 37 civils tués dans des raids russes sur Idleb

Photo: Keystone

Des frappes aériennes ont tué lundi 37 civils dont douze enfants dans la province syrienne d'Idleb contrôlée en grande partie par les djihadistes, a indiqué une ONG. Celle-ci attribue les frappes à la Russie, alliée du régime dans le conflit.

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), il s'agit du bilan de victimes le plus lourd parmi les civils depuis que la province d'Idleb (nord-ouest) a été désignée en mai comme l'une des 'zones de désescalade' en Syrie en vertu d'un accord entre parrains du régime de la rébellion.

'Les raids aériens se sont abattus sur plusieurs localités et villages du district de Jisr al-Choughour, faisant 37 morts parmi les civils', a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. La province d'Idleb est essentiellement contrôlée par les djihadistes dominés par l'ex-branche d'Al-Qaïda. Un bilan précédent faisait état de 27 morts.

Après des mois de calme, et depuis deux semaines, elle est visée par des bombardements intenses des forces prorégime et russes. Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) n'y est pas présent. L'opposition syrienne en exil a condamné les bombardements 'criminels' russes et du régime, selon un communiqué.

Bombardements sur les FDS

Les miliciens des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les Etats-Unis, ont accusé la Russie d'avoir bombardé une usine de gaz qu'ils contrôlent dans l'est de la Syrie. 'La Russie a mené des raids aériens et tiré des obus de mortier contre l'usine de gaz de Conoco, où se trouve un grand nombre de combattants, blessant au moins six d'entre eux', a indiqué à l'AFP Lilwa Abdallah, une porte-parole des FDS.

Un communiqué publié plus tard par ces forces, composées de combattants kurdes et arabes, a indiqué qu'un membre des FDS avait été tué. Les FDS avaient chassé samedi le groupe djihadiste Etat islamique (EI) du site de Conoco, qui était avant la guerre l'usine de traitement de gaz la plus importante de Syrie. L'usine se situe dans la province de Deir Ezzor, dernière encore aux mains de l'EI en Syrie.

Démenti de Moscou

Les djihadistes font l'objet de deux offensives séparées dans cette province: l'une menée par les FDS avec l'aide de Washington, l'autre par l'armée syrienne appuyée par la Russie. A Moscou, le ministère de la Défense, cité par les médias russes, a opposé un démenti aux informations des FDS. Il a assuré prendre garde à la précision de ses frappes aériennes.

D'après Lilwa Abdallah, qui est la porte-parole de l'offensive des FDS à Deir Ezzor, les forces du régime ont également bombardé lundi des positions du FDS peu après les raids russes. 'Nous nous réservons le droit de riposter face à n'importe quelle force', a-t-elle prévenu.

Une 'ligne de déconfliction' avait été établie pour éviter les incidents entre les différents acteurs engagés dans Deir Ezzor, selon la coalition internationale conduite par les Etats-Unis.

Conoco avait avant la guerre une capacité de 13 millions de mètres cubes de gaz naturel par jour, selon le magazine économique en ligne Syria Report. Deir Ezzor renferme les plus importantes réserves en hydrocarbures de Syrie. Lors d'une offensive fulgurante en 2014, l'EI avait capturé l'usine ainsi que de larges territoires en Syrie et en Irak voisin.

/ATS