Record absolu de chaleur en France battu, avec 44,3°C à Carpentras

Le record absolu de température en France a été battu vendredi, avec 44,3°C relevés à 13h48 ...
Record absolu de chaleur en France battu, avec 44,3°C à Carpentras

Deux morts en Espagne, record de chaleur en France

Photo: KEYSTONE/APA/APA/JAKOB GRUBER

Deux morts en Espagne, le record de chaleur battu en France, un incendie hors de contrôle en Catalogne: la chaleur accablante fait suer l'Europe et mobilise les services d'urgence au cinquième jour d'une canicule exceptionnelle par son intensité et sa précocité.

Un garçon de 17 ans qui moissonnait en Andalousie est mort vendredi d'un 'coup de chaleur', selon les autorités. Il a été 'pris de vertige' jeudi et a plongé dans la piscine du domaine où il travaillait, mais en sortant de l'eau il a eu des convulsions. Hospitalisé d'urgence dans la ville voisine de Cordoue, 'il est mort après avoir subi un massage cardiaque', précise le communiqué du gouvernement régional.

Un homme de 93 ans s'est écroulé jeudi soir alors qu'il marchait dans le centre-ville de Valladolid (nord). Il est décédé 'à cause d'un coup de chaleur', a indiqué vendredi à l'AFP une porte-parole de la police locale.

6500 hectares brûlés

L'Espagne connaît une vague de chaleur précoce pour un mois de juin, avec des températures qui dépassent les 40 degrés, et qui devrait durer jusqu'à samedi dans la majorité du pays. Seules les régions du nord-ouest, les Asturies et la Galice, sont épargnées, de même que le Portugal.

34 des 50 provinces d'Espagne sont en état d'alerte incendie, notamment la Catalogne où les pompiers combattent un feu qui a déjà parcouru 6500 hectares. Au total, 620 personnes luttaient contre l'incendie vendredi, dont 270 militaires, appuyés par 13 moyens aériens, selon un communiqué des pompiers.

L'incendie a laissé des paysages de désolation - collines noircies et arbres calcinés à perte de vue - notamment près du village de Flix (3500 habitants) dans la province de Tarragone, a constaté un photographe de l'AFP.

Le chef du département de l'Intérieur de Catalogne, Miquel Buch, avait averti que vendredi marquerait 'l'apogée de cette vague de chaleur' avec des températures au-dessus des 40 degrés, recommandant à la population de prendre 'un maximum de précautions'.

Record battu

Pour la première fois depuis le début des relevés météo au 19e siècle, Météo-France a relevé vendredi une température de 45,9°C 16h20 à Gallargues-le-Montueux dans le Gard. Les sapeurs-pompiers ont fait état vendredi soir de nombreux départs de feux dans le département. A 15h00, Villevieille dans le Sud affichait 45,1°C. Quatre départements y ont été placés en 'vigilance canicule rouge', l'alerte maximale.

Peu auparavant, la ville méridionale de Carpentras avait déjà battu le record national d'août 2003 (44,3°C), année d'une canicule particulièrement traumatisante pour le pays en raison des 15'000 décès qu'elle avait provoqués. Dans les rues des villes méridionales, les personnes âgées en particulier rasaient les murs dès avant 08h00 pour faire leurs courses.

La vague de chaleur a fait un quatrième mort en France. Un couvreur de 33 ans a fait un malaise fatal alors qu'il travaillait sur un toit par 35 degrés à l'ombre, près de Rennes.

'Street pooling'

Par ailleurs, en banlieue de Paris un petit Syrien de 6 ans a été grièvement blessé jeudi soir après avoir été projeté en l'air par le geyser d'une bouche à incendie.

Le phénomène du 'street pooling' - qui permet de se rafraichir dans les rues - est fréquent en période de canicule: depuis lundi, de nombreuses bouches à incendie ont été ouvertes en région parisienne, selon les pompiers.

Le premier décès de cette canicule, un sans-abri de 72 ans, avait été enregistré jeudi à Milan, dans le bord de l'Italie.

Episodes plus fréquents

Les records pour un mois de juin tombent régulièrement depuis le début de cette vague de chaleur qui affecte une grande partie de l'Europe: jusqu'à 40°C dans le Piémont, en Italie et déjà 38,9°C enregistré jeudi en République tchèque, 38,6°C en Allemagne et 38,2°C en Pologne.

Une note de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a jugé 'prématuré (...) d'attribuer cette vague de chaleur anormalement précoce au réchauffement climatique'.

Elle est cependant 'conforme aux scénarios climatiques qui prévoient des épisodes de chaleur plus fréquents et plus intenses'. 'La Terre devrait expérimenter les cinq années les plus chaudes sur la période 2015-2019, selon des chiffres provisoires', indique l'OMS.

/ATS
 

Actualités suivantes