Plus de 34 millions d'enfants menacés par les conflits et désastres

Plus de 34 millions d'enfants manquent de protection face aux abus dans les zones de conflits ...
Plus de 34 millions d'enfants menacés par les conflits et désastres

Plus de 34 millions d'enfants menacés par les conflits et désastres

Photo: KEYSTONE/EPA/YEHYA NEMAH

Plus de 34 millions d'enfants manquent de protection face aux abus dans les zones de conflits et de catastrophes et d'autres ont besoin d'assistance. L'UNICEF a lancé mardi à Genève un appel de fonds qui établit les réfugiés syriens et le Yémen comme priorités.

'Les attaques contre les enfants doivent cesser', a affirmé devant la presse le directeur des opérations d'urgence de l'organisation Manuel Fontaine. L'environnement est probablement le plus menaçant jamais observé pour eux et cette situation 'ne peut être acceptée comme une nouvelle normalité', selon le responsable du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

De janvier à septembre dernier, 870 enfants syriens ont été tués, le plus grand nombre sur une telle période depuis le début du conflit il y a huit ans. Il est un peu 'prématuré' de savoir si, parmi les 2,5 millions qui se trouvent dans les pays voisins, de nombreux enfants réfugiés rentreront chez eux cette année, estime M. Fontaine.

Dans 59 pays

Au Yémen, des centaines de milliers sont en danger en raison de la malnutrition sévère aiguë. Parmi les autres situations qui préoccupent l'UNICEF, l'institution appelle protéger les enfants dans la crise actuelle au Venezuela. Elle distribue des centaines de tonnes de matériel nutritionnel et une assistance de santé et oeuvre également auprès des réfugiés dans les pays voisins.

L'organisation souhaite apporter de l'eau, de la nourriture, de l'éducation, de la santé et de la protection à 73 millions de personnes, dont 41 millions d'enfants, dans 59 pays.

Après avoir obtenu 73% des fonds requis en 2018, elle demande 3,9 milliards de dollars (environ 3,9 milliards de francs). Il s'agit du plus grand appel jamais lancé par l'institution, alors que 2019 marque les 30 ans de la Convention des droits de l'enfant et les 70 ans des Conventions de Genève.

Réfugiés syriens priorité

'L'impact de notre travail de protection des enfants ne peut pas être exagéré', estime la directrice exécutive de l'UNICEF Henrietta Fore. Parmi l'enveloppe souhaitée, plus de 900 millions doivent permettre d'être actifs sur la crise des réfugiés syriens dans les pays de la région. Plus de 540 millions doivent porter sur le Yémen. Ce pays rassemble environ 20% des enfants qui ont besoin de protection.

Plus largement, les contraintes financières, les violations croissantes du droit international humanitaire (DIH) et le manque d'accès humanitaire limitent le dispositif. M. Fontaine en appelle à 'une action internationale significative et durable'.

L'UNICEF souhaite apporter en 2019 un soutien moral à quatre millions d'enfants et de membres du personnel soignant, de l'eau potable à environ 43 millions d'enfants, une éducation à plus de dix millions d'enfants ou une immunisation contre la rougeole à 10,3 millions de personnes. Il souhaite également soigner environ 4,3 millions d'enfants atteints de malnutrition sévère aiguë.

Durant les dix premiers mois de 2018, les chiffres sur ces différentes activités atteignaient 3,1 millions, 35,3 millions, 5,9 millions, 4,7 millions et 2,6 millions.

/ATS
 

Actualités suivantes