Pas question de « changer de cap » sur l'écologie, dit M. Philippe

Rien dans la décision de Nicolas Hulot de quitter le gouvernement ne saurait conduire à changer ...
Pas question de « changer de cap » sur l'écologie, dit M. Philippe

Le séminaire gouvernemental reporté suite à la démission de Hulot

Photo: KEYSTONE/AP/CHRISTOPHE ENA

Le séminaire gouvernemental de rentrée, prévu initialement vendredi, est reporté à la semaine prochaine. Ce dans l'attente du remaniement provoqué par la démission surprise du ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, a dit mercredi l'Elysée.

Le conseil des ministres, prévu vendredi à 10h00, est lui maintenu, a ajouté la présidence, qui n'a donné aucune précision sur la date du remaniement ni sur son ampleur.

Le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé mardi qu'il ferait des propositions, 'au cours des jours qui viennent au président de la République (...) s'agissant de la composition du gouvernement'. Le chef du gouvernement a précisé dans un entretien au Dauphiné Libéré publié mercredi que le poste de ministre chargé de la Transition écologique serait maintenu.

'Evidemment la transformation écologique est là, elle s'impose à tous. Nous ne changerons pas de cap', déclare M. Philippe

Il s'agira du troisième remaniement gouvernemental depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron. Le couple exécutif avait procédé à un remaniement 'technique' en juin 2017 après la très large victoire de La République en Marche

Réduire la part du nucléaire

Opposant notoire au nucléaire, Nicolas Hulot a quitté le gouvernement sans avoir obtenu de garanties dans la perspective de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), un chantier aux enjeux aussi lourds que symboliques, au risque de laisser le champ libre à ses contradicteurs et à EDF.

La PPE, plan de vol du gouvernement en matière de transition énergétique pour les cinq prochaines années et la période 2024-2028, est encore à l'étude - 'les arbitrages sont encore en cours', confirme-t-on à l'Elysée. La présentation aura lieu 'à l'automne', a précisé mercredi le Premier ministre, Edouard Philippe, lors d'un déplacement dans les Hautes-Alpes.

En théorie, cette feuille de route doit dessiner une trajectoire de réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité en France, de 75% à 50%, l'échéance de 2025 fixée sous François Hollande étant désormais abandonnée.

En annonçant sa démission mardi, sur France Inter, Nicolas Hulot a laissé entendre qu'il n'avait pas réussi à obtenir d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe des engagements concrets sur le sujet, en particulier sur la liste des réacteurs dont il faudrait arrêter la production pour parvenir aux 50%.

'Le nucléaire, cette folie inutile économique, techniquement, dans laquelle on s'entête' fait partie des sujets 'sur lesquels je n'ai pas réussi à convaincre', a-t-il déploré, dans un ultime aveu d'impuissance.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus