Pandémie: l'OMS veut que des pays partagent leurs doses de vaccin

L'OMS souhaite que les Etats riches qui ont déjà acheté beaucoup de doses de vaccins contre ...
Pandémie: l'OMS veut que des pays partagent leurs doses de vaccin

Pandémie: l'OMS veut que des pays partagent leurs doses de vaccin

Photo: KEYSTONE/AP/John Cairns

L'OMS souhaite que les Etats riches qui ont déjà acheté beaucoup de doses de vaccins contre le coronavirus les partagent avec des pays en développement. Un dispositif à court terme qui complèterait l'accélérateur Covax qui manque depuis des mois de financement.

'Nous luttons pour obtenir les ressources dont nous avons besoin', a admis mercredi soir le chef du programme d'urgence au sein de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Michael Ryan. Il a appelé les gouvernements à honorer en 2021 'la promesse' qu'ils ont faite cette année d'un vaccin abordable et équitable pour tous.

'C'est le moment pour eux de rendre des comptes', a-t-il affirmé en réponse à des questions de citoyens, tout en estimant que cet objectif pourra être atteint. Egalement mercredi, des chercheurs ont estimé que 20% de la population mondiale pourrait ne pas être immunisée avant plus d'un an.

'A un moment donné, des larges distributions pour tous les pays auront lieu', a affirmé M. Ryan. Mais actuellement, avec les deux vaccins les plus avancés, 'les volumes sont plus petits et ces produits sont assez chers', a-t-il dit. Des discussions sont menées avec ces laboratoires pour tenter de diminuer les prix. Mais le responsable de l'OMS en appelle surtout aux gouvernements des Etats les plus riches.

'Beaucoup de pays développés ont déjà acheté la plupart de cette production', dit M. Ryan. 'Nous travaillons avec eux pour voir s'ils pourraient contribuer avec une petite part de leur approvisionnement actuel pour faire démarrer la vaccination, au moins des travailleurs de santé, dans des régions comme l'Afrique'. Selon les chercheurs, plus de la moitié des doses ont été préachetées par des Etats qui rassemblent moins d'un sixième de la population.

Manque de milliards de francs

L'OMS répète régulièrement qu'il faut commencer par vacciner 'quelques personnes', le personnel et les groupes menacés 'dans tous les pays', plutôt que 'toutes les personnes dans quelques pays'. Cette approche est adaptée pour réduire la propagation du coronavirus et pour garantir une équité, insiste M. Ryan.

Le problème pourrait durer également à plus long terme. Il y a plusieurs mois, l'OMS et d'autres acteurs ont lancé un accélérateur pour garantir que tous les pays puissent accéder à un vaccin abordable. Actuellement, 189 pays, dont la Suisse, participent. Mais il manque depuis des mois des dizaines de milliards de francs pour atteindre l'enveloppe requise pour l'approvisionnement de toutes les populations.

Cette semaine, le responsable de Covax à l'OMS, Bruce Aylward, a minimisé à la presse tout manque de collaboration des gouvernements pour diminuer ce décalage. Il a annoncé que l'organisation cherchait de nouveaux instruments financiers pour attirer ces fonds. Avec Covax, l'OMS souhaite atteindre deux milliards de doses d'ici fin 2021. Pour le moment, le dispositif en a déjà sécurisé environ un milliard mais auprès de trois laboratoires qui n'ont pas encore été autorisés.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus