Milliers de manifestants aux Etats-Unis pour le droit des femmes

Des milliers de manifestants participaient à la 'Marche des femmes' samedi aux Etats-Unis contre ...
Milliers de manifestants aux Etats-Unis pour le droit des femmes

Milliers de manifestants aux Etats-Unis pour le droit des femmes

Photo: KEYSTONE/AP/KATHY WILLENS

Des milliers de manifestants participaient à la 'Marche des femmes' samedi aux Etats-Unis contre l'administration de Donald Trump. Mais cette troisième édition est marquée par les divisions au sein du mouvement sur fond d'accusations d'antisémitisme.

Dès le début de la matinée, plusieurs centaines de personnes dont de très nombreuses femmes étaient rassemblées aux abords de la Maison Blanche à Washington où la manifestation a débuté à 10 heures (16h en Suisse). De nombreuses participantes portaient un bonnet rose, devenu l'emblème du mouvement.

D'autres défilés sont prévus ailleurs dans le pays - New York et Los Angeles notamment - à la veille du second anniversaire de l'investiture du président républicain.

En 2018, les cortèges avaient réuni plus de 500'000 personnes, portés par les mouvements #MeToo et Time's Up contre le harcèlement et les violences sexuelles.

Nombre record d'élues

Pour marquer ces 'deux ans de résistance à la présidence Trump', les organisatrices ont appelé à une 'vague' de manifestantes alors qu'un nombre record de femmes (131) ont été élues au Congrès des Etats-Unis lors des élections parlementaires de novembre.

Le mouvement 'a commencé comme une manifestation contre Donald Trump mais désormais c'est plutôt pour la reconnaissance des problèmes rencontrés par les femmes dans le monde', a déclaré à l'AFP Ann-Carolyn, 27 ans, qui manifestait à Washington pour soutenir Planned Parenthood, la principale organisation de planning familial.

A New York, Leah Maguire, 36 ans, a affirmé qu'elle marchait 'pour (ses) enfants et leur avenir'. 'Depuis leur naissance, il est de plus en plus évident que nous sommes condamnés si nous ne changeons rien', a-t-elle ajouté.

Pour Kelly Rosser, le rassemblement reste un signe d'opposition au président américain, qui 'représente tant de choses contre lesquelles nous luttons: la discrimination envers les minorités, la politique anti-immigrants et anti-réfugiés ou la marginalisation de la communauté LGBTQ.'

Des divisions

Mais cette année, l'unité a explosé après des accusations d'antisémitisme contre plusieurs responsables de l'organisation. Tamika Mallory, l'une des co-présidentes de la 'Marche', a notamment participé à un meeting du leader du mouvement 'Nation of Islam' Louis Farrakhan, aux propos régulièrement antisémites.

La militante américano-palestinienne Linda Sarsour, autre co-présidente de la 'Marche', a réfuté les accusations en assurant que l'organisation existait 'pour combattre la bigoterie et la discrimination dans toutes ses formes - dont l'homophobie et l'antisémitisme'.

Mais les dissensions auraient poussé un certain nombre de femmes à rejoindre une organisation parallèle, 'March On'. Samedi, les deux mouvements devaient défiler séparément.

'Cela me brise le coeur', a regretté Ann-Carolyn, relevant qu'elle ne partageait pas 'les valeurs des fondatrices' de la 'Marche des femmes'. Pour Nikki Leger, une New-Yorkaise de 63 ans, les divisions sont inévitables au vu de l'ampleur du mouvement. Elle regrette que ces dissensions offrent 'du grain à moudre à la droite'.

Tentatives de rassemblement

A New York, l'égérie de l'aile gauche du parti démocrate Alexandria Ocasio-Cortez a prévu de s'exprimer dans les deux rassemblements en signe d'unité.

Une coalition d'organisations juives progressistes baptisée 'Résistance juive' était également présente à la 'Marche des femmes' de New York, pour rejeter les accusations d'antisémitisme. 'C'est une façon de montrer que nous voulons un mouvement fort et uni', a assuré Beth Miller, du groupe Jewish Voice for Peace.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus