Les rebelles syriens tentent de résister face au régime à Alep-Est

Les rebelles défendaient avec acharnement vendredi un grand quartier d'Alep-Est après de violents ...
Les rebelles syriens tentent de résister face au régime à Alep-Est

Les rebelles syriens tentent de résister face au régime à Alep-Est

Photo: Keystone

Les rebelles défendaient avec acharnement vendredi un grand quartier d'Alep-Est après de violents combats avec l'armée de Bachar al-Assad. Cette dernière a réussi à reprendre 50% de leur principal bastion en Syrie à la faveur d'une offensive destructrice.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), 50% du territoire que les rebelles contrôlaient depuis 2012 dans l'est de la deuxième ville de Syrie est désormais 'confortablement' aux mains du régime de Bachar al-Assad, qui grignote du terrain dans l'est d'Alep-Est.

Submergés par la puissance de feu et l'avancée fulgurante des troupes progouvernementales, les insurgés ont toutefois réussi vendredi à les repousser, après de violents combats, du quartier de Cheikh Saïd dans le sud d'Alep-Est, où des affrontements sporadiques se poursuivaient.

Cherchant coûte que coûte à reprendre la totalité d'Alep (nord), le régime a lancé le 15 novembre, avec notamment le soutien tactique de Moscou, une nouvelle offensive de grande envergure. Cela pour chasser les rebelles des quartiers de l'est assiégés depuis quatre mois.

Situation renversée

Malgré la réprobation des Occidentaux et les appels à une trêve, le régime, fort des soutiens russe et iranien, a soumis Alep-Est à un déluge de feu avec des raids aériens, des barils d'explosifs et des tirs d'obus quasi incessants qui ont causé de terribles destructions et poussé à la fuite 50'000 des 250'000 habitants.

Vendredi, les rebelles aidés des djihadistes du Front Fateh al-Cham ont renversé la situation à Cheikh Saïd en reprenant le contrôle de 70% du quartier à l'armée et ses alliés, notamment des milices irakiennes, a indiqué l'OSDH.

'Le régime et ses alliés veulent à tout prix prendre ce quartier, dont la capture menacerait directement tous les quartiers sud du secteur rebelle', a expliqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

Exode ralenti par la météo

Les troupes pro régime ont continué de faire reculer les rebelles dans deux quartiers orientaux situés non loin de l'aéroport, Maasaraniyah et Karm al-Jazmati, selon l'OSDH. Les pro régime avancent aussi à Tariq al-Bab, un autre quartier oriental où d'après l'OSDH.

Depuis le 15 novembre, 307 civils, dont 42 enfants et 21 femmes, ont été tués à Alep-Est, selon l'OSDH. A Alep-Ouest, 59 ont péri à cause de tirs rebelles. Et l'ONU a reçu de nouvelles indications faisant état d'arrestations parmi les hommes qui fuient. D'autres voient leur identité contrôlée.

Appel à l'Assemblée de l'ONU

Dans le même temps, plus de 200 organisations humanitaires ont signé un appel pour que l'Assemblée générale de l'ONU se saisisse du dossier syrien et remédie à la paralysie du Conseil de sécurité, toujours bloqué par la Russie.

Cette dernière a assuré vendredi par la bouche de son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, que les convois humanitaires à destination d'Alep passeraient désormais 'en sécurité'.

S'exprimant à l'issue d'une rencontre avec son homologue italien Paolo Gentiloni, M. Lavrov a précisé que 'la Russie a envoyé de l'aide humanitaire supplémentaire vers Alep-Est, ainsi que deux hôpitaux mobiles, des médecins, de l'équipement médical et des médicaments. Je pense que les autres pays qui ne sont pas indifférents au sort de la population civile syrienne qui souffre doivent agir de la même manière', a insisté celui dont le pays est accusé de bombarder lui-même des hôpitaux.

En visite à Beyrouth, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu, dont le pays soutient la rébellion, a lui appelé à 'un cessez-le-feu dans les plus brefs délais, sans perdre de temps'.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes