Les conservateurs de Merkel en tête dans un scrutin régional test

Les conservateurs d'Angela Merkel arrivent nettement en tête en Saxe-Anhalt, selon les sondages ...
Les conservateurs de Merkel en tête dans un scrutin régional test

Nette victoire des conservateurs de Merkel dans un scrutin test

Photo: KEYSTONE/AP/Markus Schreiber

Les conservateurs allemands ont remporté dimanche une nette victoire face à l'extrême droite lors d'un scrutin régional crucial dans l'ex-RDA. C'est un succès rassurant pour le chef du parti et le prétendant à la succession d'Angela Merkel.

Selon les résultats provisoires, l'Union chrétienne-démocrate (CDU) obtient environ 36% des voix, contre 22,5% pour l'extrême droite de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) dans ce scrutin de Saxe-Anhalt, à l'ouest de Berlin, le dernier avant les élections nationales du 26 septembre qui marqueront la fin des 16 ans d'Angela Merkel à la chancellerie.

La droite, portée par le populaire chef du gouvernement régional Reiner Haseloff, améliore son score de près de 6 points. L'extrême droite recule légèrement avec 22,5% des suffrages.

'Il s'agit d'un résultat sensationnel', s'est réjoui le secrétaire général de la CDU Paul Ziemiak, qu'il a attribué en premier lieu au chef du gouvernement local Reiner Haseloff. 'Je suis ravi', a déclaré ce dernier, 'les gens ont voté contre l'AfD (...) nous avons combattu de façon unie, c'est aussi un message en direction de Berlin', a-t-il prévenu.

Bonne nouvelle

Cette victoire est une très bonne nouvelle pour Armin Laschet, l'impopulaire chef de la CDU et aspirant à la succession d'Angela Merkel à l'issue des législatives du 26 septembre.

Le chef de la CDU, contesté jusque dans ses rangs, avait cruellement besoin d'un succès pour rassembler ses troupes et consolider la position des conservateurs. Après avoir chuté derrière les Verts dans les intentions de vote au niveau national, ils sont de nouveau en tête des sondages.

Le plus grand parti d'Allemagne a tremblé en Saxe-Anhalt: si la plupart des enquêtes d'opinion lui donnaient l'avantage, il était talonné par l'AfD, parti anti-migrants devenu la deuxième force politique régionale depuis 2016. Une victoire de l'extrême droite avait même été pronostiquée dans un sondage.

Lutte interne acharnée

Depuis que M. Laschet a pris les commandes de la CDU en janvier, le plus grand parti allemand a traversé une crise de confiance, liée aux ratés dans la gestion gouvernementale lors de la troisième vague de l'épidémie de coronavirus et aux scandales de corruption de ses députés lors de contrats d'achats de masques de protection.

La formation, qui avait subi deux cuisants revers en mars lors de deux élections régionales, a aussi souffert d'une lutte interne acharnée: la candidature de M. Laschet était contestée par le chef du parti bavarois CSU Markus Söder, jugé par beaucoup plus apte à mener la campagne. M. Laschet s'est imposé mais reste mal aimé dans le pays.

Si l'AfD a un peu reculé lors de ce vote régional, elle reste clairement la deuxième force politique de la région. Reiner Haseloff, dont le parti avait rassemblé 30% des suffrages aux dernières élections, a clairement exclu toute alliance avec l'extrême droite, même si certains membres de son parti ont flirté avec cette idée ces dernières années.

Terrain fertile pour l'AfD

Depuis 2016, il dirigeait une coalition inédite dans le pays, avec les Verts et les sociaux-démocrates du SPD. Reiner Haseloff pourrait reconduire sa coalition avec les écologistes, qui ont légèrement progressé avec quelque 6,2%, et le SPD, même si ce dernier a perdu des voix. Il pourrait aussi envisager une autre configuration avec les libéraux du FDP, qui vont faire leur retour au parlement régional.

Très marqué par l'industrie charbonnière, le Land de Saxe-Anhalt est l'un des Etats de l'Est les plus affectés par l'exode de ses habitants depuis la réunification en 1990. Un terrain fertile pour l'AfD, qui a bâti son succès en alimentant les craintes face à l'afflux de migrants dans le pays en 2015 et accuse régulièrement Berlin d'avoir délaissé les régions de l'ex-RDA.

Depuis le début de la pandémie, le parti a enfourché les thèses complotistes remettant en cause les restrictions sanitaires. En 2017, l'extrême droite avait fait une entrée fracassante au Bundestag, le parlement allemand, y devenant avec 12,6% des voix la première force d'opposition.

/ATS