Le comité d'urgence de l'OMS réclame plus de séquençage

Le comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé vendredi la communauté ...
Le comité d'urgence de l'OMS réclame plus de séquençage

Plus de deux millions de morts du coronavirus dans le monde

Photo: KEYSTONE/AP/Salvatore Di Nolfi

L'OMS appelle désormais à une vaccination dans tous les pays 'dans les 100 prochains jours' pour faire face à la pandémie. Le coronavirus a fait plus de deux millions de morts dans le monde.

Au total, 2'000'066 décès ont été recensés, pour 93'321'070 cas déclarés, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de bilans officiels fournis par les autorités vendredi à 19h25. L'Euroe, avec 650'560 morts, est la région la plus touchée, devant l'Amérique latine/Caraïbes (542'410) et les Etats-Unis/Canada (407'090).

'Je veux voir la vaccination commencer dans tous les pays dans les 100 prochains jours', a dit le directeur général de l'agence Tedros Adhanom Ghebreyesus au cours d'une conférence de presse à Genève. Les campagnes n'ont débuté pour l'instant que quasi exclusivement dans les pays riches.

Le comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a de son côté appelé vendredi à étendre le séquençage du génome des variants du nouveau coronavirus, plus contagieux et qui font craindre une résurgence de la pandémie. Il s'est toutefois dit opposé 'pour le moment' à l'instauration de certificats de vaccination contre le Covid-19 en tant que condition pour permettre l'entrée d'un pays à des voyageurs internationaux.

Livraisons de vaccins au ralenti

L'Allemagne a répertorié 22'368 nouveaux cas de contamination sur les dernières 24 heures, pour un total de 2'000'958, a annoncé l'institut Robert Koch (RKI). La chancelière Angela Merkel plaide pour des restrictions nettement renforcées.

Espoir face à la pandémie, au moins 35,61 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 ont déjà été administrées dans le monde, dans au moins 58 pays et territoires, selon un comptage de l'AFP à partir de sources officielles vendredi. Mais le laboratoire américain Pfizer a annoncé vendredi que ses livraisons de vaccins allaient ralentir fin janvier-début février, le temps d'apporter des modifications dans le processus de production.

Ces retards ont été annoncés aux pays de l'Union européenne, suscitant de vives inquiétudes. Les ministres de la Santé de six pays de l'UE (Danemark, Estonie, Finlande, Lituanie, Lettonie et Suède) ont exprimé dans une lettre commune leur 'grave préoccupation'.

La Suisse a dit prendre cette nouvelle au sérieux. Elle va clarifier les conséquences que cela aura pour la Suisse, a précisé l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) à Keystone-ATS.

La France devra 'ajuster le rythme des vaccinations' contre le coronavirus en raison de la 'forte baisse' attendue des livraisons du vaccin Pfizer/BioNTech dans les semaines à venir, a de son côté déclaré une source au sein de l'exécutif. Selon la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, Pfizer a cependant assuré à l'UE que les doses promises au premier trimestre seraient livrées comme prévu.

'Variant inquiétant'

L'Inde, la deuxième nation la plus peuplée de la planète avec 1,3 milliard d'habitants, commence samedi la vaccination de 300 millions de personnes contre le Covid-19. Ce défi phénoménal est compliqué par des contraintes de sûreté, des infrastructures incertaines et la méfiance du public.

La pandémie de coronavirus a fortement accéléré dans la plupart des régions du monde ces sept derniers jours, avec 724'700 nouveaux cas enregistrés par jour (+10% par rapport à la semaine précédente), un record, d'après un bilan de l'AFP arrêté à jeudi.

Selon l'OMS, le nombre des pays et territoires où se trouve le variant repéré initialement en Grande-Bretagne s'élève à 50 et il est de 20 pour le variant identifié en Afrique du Sud, mais l'organisation juge cette évaluation fort probablement sous-estimée. Une autre mutation, originaire de l'Amazonie brésilienne et dont le Japon a annoncé dimanche la découverte, pourrait impacter la réponse immunitaire selon l'OMS, qui évoque 'un variant inquiétant'.

Nouveau confinement au Portugal

Le Royaume-Uni a décidé de fermer ses frontières dès vendredi aux arrivées de tous les pays d'Amérique du Sud ainsi que du Portugal, en raison de cette nouvelle mutation. Le Portugal entame vendredi un nouveau confinement généralisé, qui restera en vigueur pendant au moins un mois.

La France va, quant à elle, étendre samedi à tout son territoire un couvre-feu dès 18h00 et exigera des voyageurs venant d'un pays extérieur à l'Union européenne un test négatif au Covid-19. Ce pays a enregistré en 2020, année marquée par l'épidémie, quelque 53'900 morts de plus qu'en 2019 (+ 9%) toutes causes confondues, selon un bilan provisoire rendu public vendredi.

L'Italie, qui a dépassé le million de personnes vaccinées contre le nouveau coronavirus, va reconfiner à partir de lundi trois régions jugées à haut risque de contagion pour lutter contre la pandémie, la Lombardie (nord), la Sicile (sud) et le Haut-Adige (nord).

En un mois, l'incidence de l'épidémie a plus que doublé en Espagne, passant de 194 nouveaux cas pour 100'000 habitants en deux semaines à 523 jeudi, selon le ministère de la Santé. La région de Madrid a annoncé vendredi de nouvelles restrictions.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus