Le « Rambo de la Forêt noire » condamné à trois ans de prison

Un homme surnommé le 'Rambo de la Forêt noire' a été condamné vendredi en Allemagne à trois ...
Le « Rambo de la Forêt noire » condamné à trois ans de prison

Le

Photo: KEYSTONE/AP/Philipp von Ditfurth

Un homme surnommé le 'Rambo de la Forêt noire' a été condamné vendredi en Allemagne à trois ans de prison. Il avait volé les armes de policiers, avant de se cacher près d'une semaine dans les bois.

Un Allemand de 32 ans a été condamné pour possession illégale d'armes, résistance à son arrestation, lésions corporelles graves et prise d'otage par le tribunal d'Offenbourg (Bade-Wurtemberg). Sa peine est un peu plus faible que les réquisitions du ministère public, qui avait demandé trois ans et neuf mois de prison à l'issue de ce procès qui a duré un mois.

L'homme avait été interpellé mi-juillet dans une forêt près de la frontière française en possession de plusieurs armes après une chasse à l'homme qui avait tenu le pays en haleine. Quelque 2500 policiers, aidés parfois de caméras thermiques et appuyés par des hélicoptères et des chiens, avaient été mobilisés pendant six jours, le temps de sa traque dans la Forêt noire.

Durant cette période, les jardins d'enfants et la piscine en plein air de la localité avaient été fermés par précaution par la municipalité d'Oppenau, qui avait évoqué une 'situation dangereuse'. Les promenades en forêt et activités en plein air avaient été interdites et les survols aériens de la région suspendus.

L'homme s'était enfui dans la forêt après avoir réussi à désarmer quatre policiers. Il avait été légèrement blessé lors de son arrestation.

Long passé judiciaire

A l'ouverture de son procès mi-janvier, son avocat avait lu une déclaration de son client dans laquelle il admettait s'être enfui avec les armes des policiers, tout en insistant sur le fait qu'il ne voulait pas faire de mal et qu'il craignait simplement d'être arrêté. 'Je suis une personne qui aime la liberté', y expliquait-il.

Son avocat avait contesté l'accusation de prise d'otages et avait demandé une peine de 18 mois avec sursis.

Cependant, l'accusé avait un long passé judiciaire. Il avait par le passé déjà été condamné pour port illégal d'armes, des vols et des attaques avec blessures.

En 2010, il avait été condamné à une peine de prison après avoir grièvement blessé une amie avec une arbalète. La police avait découvert des éléments pédophiles sur son portable lors d'une enquête en 2019 pour possession d'explosifs.

Sans domicile fixe depuis l'automne 2019, il s'était installé dans la cabane où il avait finalement été appréhendé après sa traque.

/ATS