Le Liban se dote d'un nouveau Premier ministre Moustapha Adib

Le Liban s'est doté lundi d'un nouveau Premier ministre, Moustapha Adib. L'ambassadeur en Allemagne ...
Le Liban se dote d'un nouveau Premier ministre Moustapha Adib

Le Liban se dote d'un nouveau Premier ministre Moustapha Adib

Photo: KEYSTONE/EPA/NABIL MOUNZER

Le Liban s'est doté lundi d'un nouveau Premier ministre, Moustapha Adib. L'ambassadeur en Allemagne s'est engagé à appliquer les réformes réclamées par la communauté internationale. Il compte également conclure un accord avec le Fonds monétaire international.

M. Adib, un universitaire de 48 ans relativement inconnu, a été désigné par la majorité des députés au terme de consultations parlementaires tenues au palais présidentiel. 'L'heure est à l'action', a déclaré le nouveau Premier ministre, s'engageant à former dans les plus brefs délais une équipe d''experts' qui mènerait 'rapidement les réformes de base'.

'La tâche que j'ai acceptée repose sur le fait que toutes les forces politiques (...) sont conscientes de la nécessité de former un gouvernement en un temps record et de commencer à mettre en oeuvre des réformes, avec comme point de départ un accord avec le FMI', a déclaré M. Adib dans un discours télévisé.

A l'issue de sa désignation, le nouveau chef du gouvernement s'est immédiatement rendu dans un quartier dévasté par l'explosion gigantesque survenue le 4 août au port de Beyrouth, qui a tué au moins 188 personnes et anéanti des quartiers entiers de la capitale. Ni le président Michel Aoun ni l'ex-Premier ministre Hassan Diab n'avaient visité ces quartiers.

En chemise et pantalon, l'air décontracté et peu escorté, le nouveau Premier ministre a été à la rencontre de plusieurs habitants du quartier sinistré, leur demandant de lui faire 'confiance' et de travailler 'main dans la main', a constaté un correspondant de l'AFP. Alors que certains habitants ont salué cette démarche, d'autres l'ont hué, scandant des slogans phares de la contestation.

Macron en visite

Parallèlement, Emmanuel Macron a entamé lundi sa deuxième visite au Liban depuis l'explosion. Le président français a appelé à la mise en place d'un 'gouvernement de mission' au 'plus vite'.

'J'ai vu qu'un processus s'était enclenché ces dernières heures qui a permis de faire émerger une figure en tant que Premier ministre. Il ne m'appartient ni de l'approuver ni de l'adouber (...) mais de m'assurer que c'est bien un gouvernement de mission qui sera formé au plus vite pour mettre en oeuvre les réformes', a déclaré M. Macron à l'aéroport de Beyrouth.

Juste après son arrivée, Emmanuel Macron a retrouvé la chanteuse iconique Fairouz, rare symbole d'unité nationale, dans sa résidence située à Rabieh, en banlieue de Beyrouth. Il a décoré la diva libanaise de la légion d'honneur, et reçu en retour une toile offerte par Mme Fairouz. M. Macron a par la suite été brièvement à la rencontre d'une foule survoltée. Le chef de l'Etat français a achevé sa journée sur une rencontre à minuit avec l'ancien Premier ministre Saad Hariri.

Le niet des contestataires

Moustapha Adib avait été choisi dimanche soir par les poids lourds de la communauté sunnite, dont le chef du gouvernement doit être issu, la présidence allant à un chrétien maronite et la présidence du Parlement à un musulman chiite. Mais ce professeur d'université, proche de l'ancien Premier ministre et milliardaire Najib Mikati, dont il a été le chef de cabinet, devrait être rejeté par le mouvement de contestation populaire.

Hassan Sinno, membre d'un groupe de la société civile, a averti que celle-ci refuserait tout candidat du système. L'ancien Premier ministre, Hassan Diab, nommé par les partis au pouvoir, a démissionné le 10 août, quelques jours après l'explosion du Port.

Le drame a alimenté la colère de la population, qui accuse la classe politique de négligence et corruption. Sur les réseaux sociaux, les militants n'ont pas tardé à comparer M. Adib à M. Diab, qui avait promis en vain en janvier de diriger un premier gouvernement de technocrates indépendant des partis traditionnels au pouvoir.

Etat laïc

Outre l'impasse politique, le Liban avait entamé en mai des négociations avec le FMI en vue d'un plan de sauvetage d'environ 10 milliards de dollars, en contrepartie d'une série de réformes longtemps boudées. Mais les négociations sont désormais au point mort.

Les principaux ténors politiques se prononcent tour à tour pour un changement du système confessionnel de partage du pouvoir. Lundi, le président du Parlement et chef du mouvement chiite Amal, Nabih Berri, a appelé à un 'changement du système confessionnel', 'source de tous les maux' selon lui.

Dimanche, le président Aoun, 85 ans, sourd jusque-là aux appels de la rue, a reconnu dans un discours à l'occasion du centenaire du Liban, célébré mardi, la nécessité de changer le système politique. De plus en plus conspué depuis la catastrophe du 4 août, il a même appelé à proclamer un 'Etat laïc'. Quelques heures plus tôt, le chef du puissant Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'était dit prêt à discuter d'un nouveau 'pacte politique'. Mais certains estiment qu'il s'agit d'annonces de pure forme à l'occasion de la visite de M. Macron.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus