La sonde « Hope » des Emirats se place en orbite autour de Mars

Les Emirats arabes unis ont réussi à placer leur sonde 'Hope' autour de l'orbite de Mars. Ils ...
La sonde « Hope » des Emirats se place en orbite autour de Mars

La sonde

Photo: KEYSTONE/EPA/ALI HAIDER

Les Emirats arabes unis ont réussi à placer leur sonde 'Hope' autour de l'orbite de Mars. Ils deviennent ainsi le premier pays arabe à atteindre la planète rouge au terme d'une délicate manoeuvre.

'Au peuple des Emirats, aux nations arabes et musulmanes, nous annonçons l'entrée réussie en orbite autour de Mars. Dieu soit loué', a déclaré solennellement Omran Sharaf, le responsable du projet de la mission. En direct du centre spatial à Dubaï, il a exprimé son soulagement à l'instar des ingénieurs et responsables présents.

'Ce que vous avez accompli est un honneur pour votre nation. Je tiens à vous féliciter', leur a lancé Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, prince héritier d'Abou Dhabi, capitale des Emirats dont il est le dirigeant de facto.

La sonde, conçue pour percer les secrets du climat martien, sera le premier des trois engins spatiaux devant atteindre Mars en février. Outre les Emirats, la Chine et les Etats-Unis ont lancé des engins en juillet, profitant d'une période où la Terre et Mars sont les plus proches.

A l'annonce du succès, les iconiques monuments de Dubaï se sont illuminés de la couleur rouge, dont la plus grande tour du monde, Burj Khalifa et le célèbre hôtel Burj al-Arab en forme de voile. Pandémie de Covid-19 oblige, les rassemblements ont été limités mais des citoyens ont exprimé leur joie en direct à la télévision. Sur les réseaux sociaux, des internautes se sont dit 'fiers' des Emirats, riche pays du Golfe.

'Pas moins que les étoiles'

La mise en orbite de 'Hope' ('Amal' en arabe, 'Espoir' en français) autour de Mars coïncide avec le 50e anniversaire en 2021 de l'unification des sept émirats au sein de la fédération des Emirats arabe unis. 'Nous essayons de construire un modèle de développement qui dit à la jeunesse arabe que nous sommes issus d'une civilisation', a tweeté Mohammed ben Rached al-Maktoum, l'émir de Dubaï.

A coups de hashtags en arabe et en anglais 'les Arabes vers Mars', les Emirats cherchent à rayonner dans une région qui fait plus souvent la une pour ses conflits dévastateurs et ses crises politiques que pour ses prouesses scientifiques. 'En tant que jeune nation, nous sommes particulièrement fiers d'être maintenant en mesure d'apporter une contribution tangible à la compréhension de Mars pour l'humanité', a déclaré Sarah al-Amiri, 34 ans, l'une des responsables de la mission.

La Nasa, dont un robot mobile Perseverance se dirige également vers Mars, a félicité les Emirats en citant Al-Moutanabi, l'un des plus grands poètes de l'histoire arabe. 'Si vous vous êtes aventurés à la recherche de la gloire, ne vous contentez pas de moins que les étoiles.'

'Grand changement'

La sonde 'Hope' a commencé une manoeuvre de 27 minutes à 16h30 consistant à ralentir suffisamment pour être tirée par la gravité martienne, la partie la plus difficile de la mission, selon des responsables. Elle a tourné et mis à feu ses six puissants propulseurs pour ralentir sa vitesse de 121'000 km/h à environ 18'000 km/h.

'Ce projet est très important pour la nation, pour toute la région et pour la communauté scientifique et spatiale mondiale', a plus tôt déclaré à l'AFP Omran Sharaf. Selon lui, l'objectif est 'beaucoup plus grand' que le seul fait d'atteindre Mars. 'Le gouvernement veut susciter un grand changement dans l'état d'esprit de la jeunesse émiratie (...) pour accélérer la création d'un secteur scientifique et technologique de pointe.'

Si la sonde est conçue pour fournir une image complète de la dynamique météorologique de la planète, elle constitue également un pas vers un objectif beaucoup plus ambitieux: l'établissement d'une colonie humaine sur Mars dans un délai de 100 ans.

Contrairement aux missions chinoise Tianwen-1 et américaine Mars 2020, 'Hope' ne se posera pas sur la planète rouge. Elle doit utiliser trois instruments scientifiques pour surveiller l'atmosphère martienne et devrait commencer à transmettre des informations en septembre, des données auxquelles les scientifiques du monde entier auront accès.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus