La rencontre du pape avec Ali Sistani lui « a fait du bien à l'âme »

Le pape François a confié lundi dans l'avion du retour que sa rencontre avec le grand ayatollah ...
La rencontre du pape avec Ali Sistani lui « a fait du bien à l'âme »

La rencontre du pape avec Ali Sistani lui

Photo: KEYSTONE/AP/Yara Nardi

Le pape François a confié lundi dans l'avion du retour que sa rencontre avec le grand ayatollah chiite Ali Sistani lui avait fait 'du bien à l'âme'. Son voyage historique de trois jours en Irak l'a toutefois fatigué.

Grand avocat du dialogue direct avec des représentants de l'islam, François a décrit un tête-à-tête avec 'un homme humble et sage' auprès duquel il s'est senti 'honoré'.

'Il ne se lève jamais pour saluer un visiteur, mais il s'est levé pour me saluer par deux fois', a-t-il raconté lors d'une conférence de presse à bord de l'avion qui le ramenait à Rome. 'Cette rencontre m'a fait du bien à l'âme'.

'Un message universel'

'Je crois que cela a été un message universel', a estimé le pape argentin, qui avait déjà signé voici deux ans 'un document sur la fraternité humaine' avec le grand imam sunnite de l'université égyptienne d'Al-Azhar, négocié en secret pendant six mois.

Il n'a pas réitéré ce geste avec le grand ayatollah, plus haute autorité irakienne du chiisme, l'autre grande branche de l'islam, majoritaire en Irak. Il a toutefois souligné qu'il y aurait 'd'autres pas' dans ce dialogue avec les musulmans, citant le grand ayatollah Sistani qui dit que 'les hommes sont ou frères par religion, ou égaux par création'.

Le pape a balayé les critiques formulées par ses détracteurs: 'Il y a quelques critiques, disant que le pape n'est pas courageux, est inconscient, qu'il fait des pas hors de la doctrine catholique, qu'il est à un pas de l'hérésie. Ce sont des risques. Ces décisions se prennent toujours par la prière, dans le dialogue, en demandant conseil. C'est une réflexion, pas un caprice'.

'Cruauté' des djihadistes

Le pape argentin, qui tenait aussi à soutenir les chrétiens d'Irak - 1% de la population aujourd'hui contre 6% il y a vingt ans -, n'a pas caché son émotion face à une église de Mossoul détruite par les djihadistes du groupe Etat islamique (EI), défaits il y a trois ans. 'Je suis resté sans voix', a dit le pape, qui avait d'abord survolé la ville en hélicoptère. 'C'est incroyable, cette cruauté'.

A Qaraqosh, autre territoire du Nord de l'Irak qui tomba aux mains des djihadistes, François a écouté une femme qui avait perdu son fils durant des bombardements et était prête à pardonner: 'J'étais très ému par son témoignage, une maman qui offre son pardon dans ces circonstances', a-t-il glissé.

Alors que les intérêts américains en Irak ont été la cible de tirs de roquettes juste avant la venue du pape, le président américain Joe Biden a estimé lundi que la visite du pape avait été porteuse d'un message 'important' de fraternité et de paix.

Le pape conscient des risques

'Voir le pape François visiter des sites religieux tels que la ville natale du patriarche Abraham, passer du temps avec le grand ayatollah Ali Sistani et prier à Mossoul - une ville qui, il y a seulement quelques années, a subi les violences et l'intolérance d'un groupe comme l'EI - est un symbole d'espoir pour le monde entier', a-t-il écrit.

Le pape, vacciné contre le Covid-19 de même que les personnes qui l'accompagnaient, est arrivé en Irak en pleine résurgence de l'épidémie.

Interrogé sur l'éventuel danger qu'il a pu faire courir aux Irakiens venus à sa rencontre dans plusieurs églises mais aussi dans un stade plutôt bondé à Erbil dans le Kurdistan irakien, François a répondu avoir longuement réfléchi et prié avant de prendre sa décision en toute 'conscience des risques'. 'A la fin, j'ai pris ma décision librement', a-t-il noté.

De la fatigue

'Je vous confesse qu'au cours de ce voyage, je me suis fatigué beaucoup plus qu'au cours des autres', a souligné le pape, âgé de 84 ans. 'Je ne sais pas si les voyages se ralentiront', a commenté celui qui a semblé avoir beaucoup plus de mal à marcher que de coutume.

Evoquant d'autres voyages, le pape a rappelé qu'il avait promis d'aller dès que possible au Liban, 'un pays qui souffre'. Il a annoncé aussi qu'il se rendrait en Hongrie en septembre.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus