L'état d'urgence sanitaire rétabli en France à partir du 17 octobre

Le gouvernement français a rétabli mercredi par décret l'état d'urgence sanitaire à partir ...
L'état d'urgence sanitaire rétabli en France à partir du 17 octobre

Couvre-feu nocturne en Ile-de-France et dans huit agglomérations

Photo: KEYSTONE/EPA/JULIEN DE ROSA

Emmanuel Macron a annoncé mardi la mise en place dès samedi d'un couvre-feu entre 21h00 et 06h00 en Ile-de-France et dans 8 autres métropoles afin d'endiguer l'épidémie de Covid-19 qui atteint un niveau 'préoccupant'. Cette mesure doit durer au moins quatre semaines.

Outre Paris, les métropoles de Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne sont concernées par cette mesure que le chef de l'Etat entend étendre jusqu'au 1er décembre, si le Parlement l'autorise.

Des amendes de 135 euros seront dressées en cas de non-respect du couvre-feu, et jusqu'à 1500 euros en cas de récidive. Des dérogations seront accordées, par exemple pour ceux qui 'rentrent du travail après 21h00, ou qui travaillent de nuit', a indiqué le chef de l'Etat, lors d'une interview sur TF1 et France2.

En revanche, il n'y aura ni restrictions de transport lors du couvre-feu, ni de déplacement entre les régions, a-t-il précisé. Ces mesures n'empêcheront pas les gens de partir en vacances de la Toussaint qui débutent vendredi soir.

Face à une situation épidémique qu'il juge 'préoccupante', le chef de l'Etat, égrénant les derniers chiffres d'entrées en réanimation ou d'hospitalisations, a appelé les Français à 'réagir' et promis des aides économiques supplémentaires.

Jusqu'à l'été 2021

'Le virus est partout en France', a souligné le chef de l'Etat en estimant que 'nous en avons jusqu'à l'été 2021 au moins avec ce virus'. Il a également précisé que les soignants étaient 'très fatigués' et qu'il n'y avait 'pas de lits en réserve'.

En ce sens, M. Macron a exhorté les Français à essayer au maximum de ne pas être plus de 'six à table' dans les réunions privées, et d'y porter le masque. Il a en outre préconisé 'deux à trois jours de télétravail par semaine' dans les entreprises où cela est possible, pour 'réduire un peu la pression collective'.

/ATS
 

Actualités suivantes