L'armée syrienne aux portes du dernier fief de l'EI dans la province de Homs

Les forces gouvernementales syriennes sont arrivées aux portes d'al-Sokhna, dernier bastion ...
L'armée syrienne aux portes du dernier fief de l'EI dans la province de Homs

Les forces gouvernementales syriennes sont arrivées aux portes d'al-Sokhna, dernier bastion du groupe Etat islamique (EI) dans la province centrale de Homs. Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont quant à elles essuyé des pertes près de Raqa.

La prise de la ville d'al-Sokhna, aux mains de l'organisation ultraradicale depuis 2015, permettrait à l'armée syrienne d'avancer vers la province voisine de Deir Ezzor (est) d'où elle veut chasser l'EI. Les troupes du régime de Bachar al-Assad, appuyées par les frappes aériennes de l'allié russe, 'sont parvenues dans la nuit à la périphérie d'al-Sokhna'.

Selon l'OSDH, les commandants locaux de l'EI ont fui vers les montagnes entourant la ville.

Le groupe ultraradical s'était emparé d'al-Sokhna dans la foulée de sa capture de larges territoires dans la province de Homs, notamment la cité antique de Palmyre. Depuis, l'armée syrienne a repris la plus grande partie de la province, dont Palmyre.

Enlèvements à Raqa

Des combattants de l'organisation Etat islamique ont attaqué des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) vendredi à l'est de Raqa et ont procédé à plusieurs enlèvements, a indiqué l'observatoire syrien. Selon lui, les combats ont fait des victimes dans les rangs des FDS et parmi la population du camp d'Al Karama, où l'opération a été conduite.

Un responsable des FDS, qui regroupent des milices arabes et des combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), a confirmé les informations de l'OSDH sans donner davantage de détails. Les FDS ont lancé une opération pour reprendre Raqa, capitale officieuse de l'EI en Syrie. Selon l'OSDH, la moitié de la ville est sous leur contrôle.

Territoire morcelé

Le conflit en Syrie a été déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations pro démocratie et opposant initialement armée et rebelles. Il s'est complexifié au fil des années avec l'implication d'acteurs régionaux, de puissances étrangères et de groupes djihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a fait plus de 330'000 morts et des millions de déplacés.

/ATS
 

Actualités suivantes