L'Ukraine « peut compter » sur le soutien de l'Italie, assure Meloni

L'Ukraine pourra compter sur le soutien du prochain gouvernement italien, a assuré mardi soir ...
L'Ukraine « peut compter » sur le soutien de l'Italie, assure Meloni

L'Ukraine

Photo: KEYSTONE/AP/Gregorio Borgia

L'Ukraine pourra compter sur le soutien du prochain gouvernement italien, a assuré mardi soir Giorgia Meloni, qui devrait devenir la future Première ministre du pays, après que son parti de la droite radicale Fratelli d'Italia a remporté les élections législatives.

'Vous savez que vous pouvez compter sur notre soutien loyal à la cause de la liberté du peuple ukrainien. Restez forts et gardez votre foi inébranlable!', a tweeté en anglais Mme Meloni à l'adresse du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Elle répondait à un message envoyé par ce dernier dans lequel il exprimait des 'félicitations' pour la victoire de son parti dimanche.

'Nous apprécions le soutien constant de l'Italie à l'Ukraine dans la lutte contre l'agression russe. Nous comptons sur un partenariat productif avec le nouveau gouvernement italien', avait tweeté M. Zelensky en italien.

Le Premier ministre italien sortant, Mario Draghi, a été l'un des plus fervents partisans des sanctions de l'UE contre la Russie au sujet de l'Ukraine, malgré la dépendance de son pays au gaz russe.

Rome a également envoyé des armes pour aider Kiev à combattre les forces russes.

Coalition divisée

Giorgia Meloni est eurosceptique mais elle a soutenu la ligne de M. Draghi sur l'Ukraine, alors que ses possibles futurs alliés au gouvernement, le chef de la Ligue Matteo Salvini et l'ancien Premier ministre de droite Silvio Berlusconi entretiennent depuis longtemps des liens de proximité avec Moscou.

Les services de M. Draghi ont démenti mercredi une information du quotidien La Repubblica selon laquelle il aurait garanti aux alliés européens qu'un gouvernement dirigé par Mme Meloni n'envisageait pas de rupture radicale.

Selon le quotidien, M. Draghi aurait dit aux dirigeants de la France, de l'Allemagne et de l'UE que Mme Meloni avait accepté de continuer à soutenir l'Ukraine, à maintenir le rôle de l'Italie dans l'Otan et à maîtriser la dette publique.

Ces trois points correspondent aux déclarations publiques de Mme Meloni, mais M. Draghi n'a offert 'aucune garantie' à son égard, soulignent ses services.

M. Draghi 'maintient des contacts réguliers avec des interlocuteurs internationaux pour discuter des principales questions à l'ordre du jour et reste attaché à une transition ordonnée', a déclaré un porte-parole.

M. Draghi, qui en tant qu'ancien président de la Banque centrale européenne entretient de bonnes relations avec de nombreux dirigeants mondiaux, a déjà cherché à rassurer ses alliés sur la perspective d'un gouvernement d'extrême doite à Rome.

Giorgia Meloni, qui pourrait devenir la première femme à diriger un gouvernement italien, a aussi répondu aux félicitations envoyées par le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. 'Défendons ensemble nos valeurs communes et la sécurité européenne', a-t-elle tweeté.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus