Kiev envoie sa première dame à l'OMS

La première dame ukrainienne Olena Zelenska a dénoncé lundi à l'Organisation mondiale de la ...
Kiev envoie sa première dame à l'OMS

Kiev envoie sa première dame à l'OMS

Photo: KEYSTONE/AP/Evgeniy Maloletka

La première dame ukrainienne Olena Zelenska a dénoncé lundi à l'Organisation mondiale de la santé les 'horreurs' inimaginables causées par les forces russes en Ukraine, tandis que Moscou a dénoncé une 'politisation' de cette organisation.

Mme Zelenska s'est exprimée au moment où le président ukrainien Volodymyr Zelensky réclamait des sanctions 'maximales' contre la Russie, dans un discours en visioconférence pendant la réunion du Forum économique mondial à Davos.

La guerre livrée par la Russie 'a montré des horreurs que nous n'aurions pas pu imaginer', a-t-elle déclaré devant l'Assemblée mondiale de la santé, qui réunit l'ensemble des Etats membres de l'OMS.

'L'OMS s'est engagée à protéger les droits de l'homme les plus essentiels à la vie et à la santé', mais, 'aujourd'hui', ceux-ci 'sont violés en Ukraine', a-t-elle dit, elle aussi en visioconférence.

Actuellement, a souligné Mme Zelenska, 'aucun Ukrainien, qu'il soit adulte ou enfant, ne peut être sûr qu'il se réveillera demain' et qu'un missile n'atteindra pas sa maison. 'Les médecins ne peuvent pas être sûrs que leurs ambulances ne seront pas bombardées', a-t-elle dit.

Elle a également évoqué les conséquences à long terme de la guerre, en particulier sur le plan de la santé mentale, un défi que son pays entend relever avec le soutien de l'OMS.

'Je pourrais citer de nombreux exemples terribles, mais je vais en citer un qui montre l'ampleur du phénomène', a poursuivi la première dame ukrainienne.

Trois mois dans le métro

'Des gens se sont cachés dans le métro de Kharkiv (nord-est) pendant les trois mois de la guerre, (...) ils y vivent avec leurs enfants et leurs animaux domestiques. Parce que pendant tous ces mois, Kharkiv a été bombardée. Et maintenant que le métro doit être remis en service pour la première fois depuis la guerre, il s'avère qu'il y a des centaines de personnes qui ne sont jamais remontées à la surface après tout ce temps' et qui doivent se forcer à le faire, a-t-elle raconté.

Mme Zelenska a appelé la communauté internationale à soutenir l'Ukraine face à ce défi.

L'OMS, une 'plateforme politique' ?

S'exprimant à son tour devant l'Assemblée mondiale de la santé, la vice-ministre russe de la Santé Alexandra Dronova a quant à elle dénoncé les 'tentatives de politisation du travail de l'organisation, ainsi que des déviations de son principe d''impartialité' dans son travail'.

'A cet égard, nous demandons au directeur général d'empêcher l'OMS de devenir une plateforme politique', a-t-elle ajouté.

La haute responsable russe a aussi souligné que Moscou considérait 'l'OMS comme un partenaire fiable' pour ce qui est de garantir aux populations touchées par les conflits 'un accès égal et complet' aux services de santé.

'Dans les conditions actuelles, le principe de 'ne laisser personne derrière' est plus pertinent que jamais', a-t-elle relevé.

La santé, un domaine à part

La guerre déclenchée par la Russie contre l'Ukraine va continuer d'occuper les délégués présents à l'Assemblée mondiale de la santé cette semaine.

Ils doivent se prononcer mardi sur une résolution dont l'Ukraine a pris l'initiative et soutenue par ses alliés. Kiev dénonce les attaques perpétrées par Moscou contre le système de santé mais aussi les gravissimes conséquences de l'invasion sur l'alimentation dans de nombreux pays, qui dépendent du grenier à céréales ukrainien et des engrais russes.

Si le texte condamne fermement la Russie, il ne prévoit 'en aucun cas (son) expulsion', faisait toutefois valoir un diplomate occidental.

Nombre de pays estiment que la coopération sanitaire est un domaine à part et à préserver.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus