Karin Keller-Sutter rencontre ses collègues à Bucarest

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter rencontre pour la première fois ses collègues européens ...
Karin Keller-Sutter rencontre ses collègues à Bucarest

Première rencontre ministérielle pour Karin Keller-Sutter

Photo: KEYSTONE/EPA/ROBERT GHEMENT

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a rencontré pour la première fois ses collègues européens de l'intérieur. La collaboration plus approfondie et plus efficiente sur Schengen a été l'un des thèmes importants ce jeudi à Bucarest.

La St-Galloise est favorable au développement prévu du système d'information Schengen (SIS). Elle a souligné l'importance pour les autorités suisses des outils communs comme le SIS ou la banque de données centrale Eurodac où sont enregistrées les empreintes digitales des requérants d'asile.

La Suisse ne pourrait plus se passer de ces instruments, précise le Département fédéral de justice et police (DFJP) dans un communiqué. En 2018, le SIS a fourni près de 19'000 réponses positives aux forces de sécurité suisses. Elles ont ainsi pu interpeller 2370 personnes frappées par une interdiction d'entrer dans l'espace Schengen.

A ses homologues, Mme Keller-Sutter a déclaré qu'elle était préoccupée par le fait que 'l'accent devrait maintenant être mis sur la mise en œuvre et non sur le lancement de nombreux nouveaux programmes'.

Collaboration plus étroite

La Suisse souhaite mettre davantage à profit sa collaboration avec les autres Etats Schengen et Dublin, en particulier en matière de lutte contre le terrorisme et de contrôle des frontières extérieures de l'UE. Elles doivent 'être bien protégées, afin d'éviter la migration illégale vers l'Europe. C'est une priorité absolue', avait déclaré la cheffe du DFJP à son arrivée au Parlement roumain.

Mme Keller-Sutter s'est cependant montrée sceptique quant à l'adoption de solutions provisoires concernant la situation des migrants en Méditerranée. Du moins jusqu'à ce qu'un consensus puisse être trouvé à la réforme du système Dublin.

Les Etats européens doivent apporter plus de soutien aux pays de la Méditerranée. La ministre mise sur la recherche d'une solution durable.

Plusieurs ministres de l'intérieur de l'UE se sont montrés inquiets face à la volonté de la Commission européenne d'exclure les Britanniques du système SIS après le Brexit. La Suisse serait heureuse que la Grande-Bretagne y reste, a déclaré la Conseillère fédérale. Berne est déjà en pourparlers avec Londres au sujet d'un éventuel accord de coopération policière afin d'amortir le retrait de la Grande-Bretagne, a-t-elle poursuivi.

Rencontres bilatérales

Les sujets importants pour la Suisse, comme la reprise de la directive européenne sur les armes ou l'accord-cadre, n'ont pas été abordés lors de cette première rencontre. Mais Karin Keller-Sutter rencontre régulièrement ses collègues et les possibilités de discuter de ces sujets se présentent naturellement.

Des entretiens bilatéraux ont néanmoins eu lieu jeudi, en marge de la séance, notamment avec le ministre autrichien de l'intérieur, Herbert Kickl, avec le Luxembourgeois Jean Asselborn ou avec son collègue grec Dimitrios Vitsas.

Mercredi soir, au cours d'une réception des ministres, elle a reçu un 'accueil très chaleureux'. Ses homologues l'ont félicitée pour son élection au Conseil fédéral, a déclaré Mme Keller-Sutter.

/ATS
 

Actualités suivantes