Israël en alerte après des menaces de l'Iran

Les forces israéliennes ont mené vendredi de nouveaux raids meurtriers dans la bande de Gaza ...
Israël en alerte après des menaces de l'Iran

Israël en alerte après des menaces de l'Iran

Photo: KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER

Les forces israéliennes ont mené vendredi de nouveaux raids meurtriers dans la bande de Gaza dévastée par six mois de guerre. Elles se sont produites sur fond de craintes d'une riposte de l'Iran contre Israël accusé d'une frappe contre le consulat iranien à Damas.

Alors que les médiateurs - Qatar, Egypte, Etats-Unis - attendent des réponses d'Israël et du Hamas à leur dernière proposition de trêve, l'offensive israélienne déclenchée le 7 octobre par une attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien ne connaît aucun répit dans le territoire palestinien assiégé et menacé de famine.

D'après le bureau de presse du Hamas, les forces israéliennes ont détruit dans la nuit des dizaines de maisons et de bâtiments résidentiels à l'aide d'explosifs dans le camp de réfugiés de Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza où le mouvement palestinien a pris le pouvoir en 2007.

Elles ont également mené des dizaines de raids aériens sur plusieurs secteurs du centre de la petite bande de terre, dont Nousseirat, a-t-il précisé. Au moins 25 membres de la famille Al-Tabatibi ont péri dans une frappe qui a visé avant l'aube un immeuble de six étages dans le quartier d'al-Daraj à Gaza-Ville dans le nord, selon un proche.

Le bilan des personnes tuées dans les opérations israéliennes depuis le 7 octobre est de 33'634 morts, selon le ministère du Hamas. 'Des bombardements ont frappé Nousseirat toute la nuit. Ce n'était que feu et destruction, avec des martyrs gisant dans les rues. Nous avons fui le matin et nous n'avons nulle part où aller. C'est la sixième fois que nous sommes déplacés. Gaza est devenue invivable', a dit à l'AFP Mohammad Al-Rayes, 61 ans.

L'armée a fait état de frappes contre 'plus de 60 cibles terroristes' dans la bande de Gaza, notamment des postes souterrains et des infrastructures militaires.

Soutien américain 'inébranlable'

Les risques d'un débordement du conflit ont redoublé avec les menaces de l'Iran contre Israël accusé d'une frappe qui a détruit le 1er avril son consulat à Damas et faisant selon une ONG 16 morts parmi lesquels deux généraux des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique d'Iran.

Après l'annonce mercredi du président américain, Joe Biden, selon laquelle l'Iran 'menace de lancer une attaque importante contre Israël', un général américain chargé du Moyen-Orient, Michael Erik Kurilla, se trouve en Israël. Le 'niveau de préparation à une attaque iranienne contre Israël' a été évoqué jeudi par les ministres de la Défense américain Lloyd Austin et israélien Yoav Gallant, selon un communiqué officiel israélien.

'Israël ne tolérera pas une attaque iranienne sur son territoire', a dit M. Gallant. 'Si l'Iran mène une attaque depuis son territoire, Israël répondra et attaquera l'Iran', a prévenu avant lui le chef de la diplomatie israélienne, Israël Katz.

Menaces 'réelles et crédibles'

Les menaces d'attaque iranienne contre Israël sont 'crédibles' et 'réelles', a dit vendredi un porte-parole de la Maison Blanche, qui n'a pas voulu donner plus de détails sur le moment ou les cibles. Le président Joe Biden 'a été informé à de multiples reprises par son équipe de sécurité nationale' et les Etats-Unis entendent 'faire tout ce qui est possible pour assurer qu'Israël puisse se défendre', a aussi déclaré John Kirby, porte-parole de la Maison Blanche.

Les Etats-Unis ont réitéré leur 'soutien inébranlable à la défense d'Israël', en dépit des tensions entre M. Biden et le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, autour de la conduite de la guerre contre le Hamas. Ennemi juré d'Israël et allié du Hamas, l'Iran a menacé de 'punir' Israël après la destruction de son consulat.

Dans ce contexte, le Hezbollah libanais, soutenu par l'Iran, a annoncé vendredi avoir lancé 'des dizaines de roquettes' sur des positions israéliennes, en réponse, selon lui, aux attaques israéliennes dans le sud du Liban.

'S'abstenir'

Le secrétaire d'Etat Antony Blinken a demandé à ses homologues chinois, turc et saoudien de dissuader Téhéran de toute attaque contre Israël. Mais le chef de la diplomatie iranienne, Hossein Amir-Abdollahian, a souligné la 'nécessité' de riposter à la frappe contre son consulat.

Moscou et Berlin ont appelé à la retenue et la compagnie aérienne allemande Lufthansa et sa filiale autrichienne Austrian Airlines ont annoncé vendredi la suspension de leurs vols de et vers Téhéran jusqu'au jeudi 18 avril. Le ministère des Affaires étrangères à Berlin a quant à lui appelé vendredi soir tous les ressortissants allemands en Iran à quitter le pays, indique l'agence de presse allemande DPA.

Les Etats-Unis ont restreint les mouvements en Israël de leur personnel diplomatique. Et la France a recommandé à ses ressortissants de 's'abstenir impérativement de se rendre dans les jours qui viennent en Iran, au Liban, en Israël et dans les territoires palestiniens'.

La Suisse déconseille elle aussi 'de manière générale de se rendre dans le Territoire palestinien occupé, ainsi que dans certaines régions d’Israël, d’Iran et du Liban'. Il est déconseillé de s’y rendre pour des voyages touristiques et tout autre voyage qui ne présente pas un caractère d'urgence, précise le Département fédéral des affaires étrangères qui tient à jour ses recommandations sur son site internet, la situation sécuritaire pouvant évoluer rapidement.

Nouveau point de passage

Jeudi soir, des centaines d'Israéliens ont appelé à la poursuite de la guerre près de la résidence de M. Netanyahu à Jérusalem. Ce dernier présente cette ville du sud de la bande de Gaza, où s'entassent 1,5 million de Palestiniens la plupart des déplacés, comme le dernier grand bastion du Hamas à Gaza.

Les négociations pour une trêve de plusieurs semaines associée notamment à la libération d'otages piétinent, les protagonistes s'accusant mutuellement de les bloquer. Jeudi, un responsable du Hamas, Bassem Naïm, a prévenu que la localisation des otages à Gaza demanderait du 'temps et de la sécurité', deux conditions qu'une trêve pourrait favoriser.

L'armée israélienne a annoncé vendredi qu'un nouveau point de passage avait ouvert avec le nord. Selon les médias, il se trouve à proximité de la localité israélienne de Zikim, non loin d'Erez, un point de passage actuellement fermé.

7 octobre

Le 7 octobre, des commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza voisine ont mené une attaque sans précédent dans le sud d'Israël, entraînant la mort de 1170 personnes, en majorité des civils, selon un bilan établi par l'AFP à partir des données officielles israéliennes. Plus de 250 personnes ont été enlevées et 129 restent détenues à Gaza dont 34 sont mortes, d'après des responsables israéliens.

En représailles, Israël a juré d'anéantir le Hamas, qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne. Son armée a lancé une offensive aérienne et terrestre à Gaza qui a fait depuis le 7 octobre 33'634 morts, en majorité des civils, selon le bilan vendredi du ministère de la Santé du Hamas.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus