Greenpeace dénonce de « fausses solutions » alternatives au plastique

Greenpeace dénonce les 'fausses solutions' proposées par l'industrie des biens de consommation ...
Greenpeace dénonce de « fausses solutions » alternatives au plastique

Greenpeace dénonce les 'fausses solutions' proposées par l'industrie des biens de consommation pour lutter contre l'utilisation des plastiques. Produits jetables en cartons, en papier ou en bioplastiques augmentent la pollution, affirme l'organisation verte.

'Les produits à usage unique, quels qu'ils soient, renforcent la culture du jetable, à laquelle nous devons les immenses montagnes de déchets qui polluent l'environnement', écrit Greenpeace dans son rapport intitulé 'Throwing Away the Future' et publié mardi.

Les produits en carton ou en papier alternatifs au plastique proposés par l'industrie ne font que 'remplacer un gaspillage par un autre', poursuit l'ONG. Quant aux bioplastiques, 'ils ne se décomposent pas du tout ou beaucoup trop lentement' dans des conditions naturelles.

'Pour les animaux marins, étouffer à cause de plastiques ou de bioplastiques ne fait aucune différence', remarque Matthias Wüthrich, expert en zéro déchet pour Greenpeace Suisse, cité dans le communiqué.

L'ONG accuse les grands groupes commerciaux de profiter des modèles jetables, au lieu de trouver une solution durable. 'Il n'y aura pas de véritable changement tant qu'ils n'auront pas mis un terme à la croissance de la quantité de plastique utilisée', explique dans rapport Graham Forbes, chef de projet mondial pour Greenpeace Etats-Unis.

Le texte pointe également l'inefficacité du recyclage. 'Plus de 90% du plastique produit globalement n'a jamais été recyclé'. Outre un taux de collecte extrêmement bas, le système dit de recyclage chimique ne fait que décomposer en composant de base les déchets plastiques, 'en utilisant beaucoup d'énergie et de produits chimiques'.

L'ONG appelle à l'instauration d'un modèle durable. 'Ce dont le monde a besoin, ce sont des objectifs concrets de réduction de la consommation de plastiques et des investissements substantiels dans un système réutilisable', précise M. Wüthrich.

/ATS
 

Actualités suivantes