France: deux hommes en garde à vue après la disparition d'une fillette

Deux hommes d'une trentaine d'années étaient en garde à vue vendredi dans l'enquête sur la ...
France: deux hommes en garde à vue après la disparition d'une fillette

France: deux hommes en garde à vue après la disparition d'une fillette

Photo: Keystone

Deux hommes d'une trentaine d'années étaient en garde à vue vendredi dans l'enquête sur la disparition en France de la petite Maëlys, 9 ans. Elle est recherchée en vain depuis une soirée de mariage, il y a six jours, dans un village des Alpes françaises.

Après l'interpellation jeudi d'un homme qui faisait partie des invités de la noce, un deuxième suspect a été placé en garde à vue vendredi matin, selon un communiqué du parquet de Bourgoin Jallieu (Isère).

Cette seconde garde à vue vise à 'confronter les déclarations de ces deux individus', précise le communiqué de la procureure Dietlind Baudoin. 'A ce stade, les investigations et recherches sur le terrain pour trouver Maëlys se poursuivent et aucune piste ne peut encore être privilégiée ou écartée'.

La fillette a été vue pour la dernière fois dimanche vers 03h00 alors qu'elle participait avec ses parents à un mariage dans la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin, dans la région de Chambéry. Depuis sa disparition, les enquêteurs ont mené d'intenses recherches. Ils ont aussi interrogé quelque 250 personnes présentes à la noce et à deux fêtes voisines.

La garde à vue de l'homme interpellé jeudi a été prolongée jusqu'à samedi matin au maximum. Elle vise à 'clarifier' son emploi du temps, alors qu'il 's'est absenté de la soirée (pendant) les créneaux horaires pouvant correspondre à la disparition de Maëlys', avait expliqué jeudi la procureure de Bourgoin Jallieu.

Incohérences

Selon une source proche du dossier, le suspect interpellé jeudi est connu pour des infractions de droit commun touchant notamment aux stupéfiants. Des incohérences par rapport à certains autres témoignages et des inexactitudes dans ses premières déclarations ont conduit les gendarmes à le placer en garde à vue

En cause notamment, un téléphone portable qu'il aurait dissimulé aux enquêteurs. Des investigations complémentaires à son domicile n'ont cependant rien donné et à ce stade les enquêteurs ne veulent tirer 'aucune conséquence hâtive' sur son éventuelle implication dans la disparition de Maëlys, selon la procureure.

'Mon client nie tout à fait avoir participé en quoi que ce soit à cet enlèvement', a assuré son avocat, Me Bernard Merauda. Il a assuré que son client a 'fourni un certain nombre d'explications qui paraissent a priori plausibles'. Il reconnait toutefois 'avoir eu des contacts plus particuliers que d'autres personnes, au cours de cette soirée, avec l'enfant', a-t-il ajouté sans plus de précisions.

D'intenses recherches continuaient à être menées pour tenter de retrouver la petite fille. Toute la zone, escarpée et très boisée, a été ratissée par les gendarmes, assistés par un hélicoptère, des drones, des plongeurs et des maîtres-chiens.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus