Des dizaines de cadavres découverts dans un charnier à Raqqa

Des dizaines de cadavres, des djihadistes mais aussi des civils, ont été retrouvés dans une ...
Des dizaines de cadavres découverts dans un charnier à Raqqa

Des dizaines de cadavres découverts dans un charnier à Raqqa

Photo: KEYSTONE/EPA/YOUSSEF RABIH YOUSSEF

Des dizaines de cadavres, des djihadistes mais aussi des civils, ont été retrouvés dans une fosse commune à Raqqa, selon un responsable syrien. L'ancienne capitale de facto de l'EI a été conquise en octobre par des combattants kurdes et arabes soutenus par Washington.

Près de cinquante corps ont déjà été retirés du charnier, qui contiendrait au total entre 150 et 200 dépouilles, a indiqué samedi un haut responsable du conseil civil de Raqqa, qui administre la ville du nord de la Syrie. La fosse commune se trouve sous un terrain de football tout près d'un hôpital où les djihadistes s'étaient retranchés avant de perdre la bataille.

'C'était apparemment le seul endroit disponible pour les enterrements, qui se sont faits à la hâte. Les djihadistes étaient retranchés dans l'hôpital. Il restait quelques civils', souligne le responsable, précisant que certains corps arborent le nom de guerre de combattants islamistes, tandis que les civils sont simplement marqués d'un prénom.

Plusieurs charniers découverts

Après une montée en puissance fulgurante en Irak et en Syrie et la conquête en 2014 de vastes territoires à cheval sur les deux pays, l'Etat islamique (EI) a été défait par les forces de Bagdad, tandis qu'en Syrie il est aujourd'hui acculé dans ses retranchements.

Ces derniers mois, aussi bien en Syrie qu'en Irak, plusieurs charniers et fosses communes ont été découverts dans les anciens territoires tenus par les djihadistes.

En Syrie, l'EI ne contrôle plus que moins de 5% du territoire, principalement des secteurs désertiques dans le centre et l'est du pays. Il maintient une présence dans des quartiers de la périphérie sud de Damas, où le régime syrien mène depuis plusieurs jours des bombardements intensifs pour faire plier les djihadistes.

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pacifiques par le régime du président Bachar al-Assad, le conflit en Syrie est devenu plus complexe au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes djihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a fait plus de 350'000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

/ATS
 

Actualités suivantes