Dernier hommage à Moscou à l'ambassadeur tué à Ankara

La Russie a rendu jeudi un hommage national à son ambassadeur assassiné en Turquie. Diplomates ...
Dernier hommage à Moscou à l'ambassadeur tué à Ankara

Dernier hommage à Moscou à l'ambassadeur tué à Ankara

Photo: Keystone

La Russie a rendu jeudi un hommage national à son ambassadeur assassiné en Turquie. Diplomates, responsables politiques et membres de la famille se sont retrouvés au siège du ministère des Affaires étrangères pour un dernier adieu.

Le cercueil avec la dépouille d'Andreï Karlov, 62 ans, rapatrié mardi en Russie, a été exposée dès le matin dans le grand hall du ministère, au côté du drapeau russe et entouré de la garde d'honneur. Le premier ministre Dmitri Medvedev, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et l'ensemble de l'élite politique, ministres, parlementaires, se sont succédé pour déposer des fleurs au pied du cercueil, sur fond de musique funèbre.

Andreï Karlov 'a été la victime d'un acte terroriste lâche et ignoble' alors qu'il exerçait son devoir professionnel, a déclaré M. Lavrov, devant l'épouse et le fils de l'ambassadeur assassiné.

Le président Vladimir Poutine est venu lui aussi lui rendre hommage, s'asseyant brièvement à côté du cercueil et parlant à la veuve de M. Karlov, voilée de noir. Une cérémonie religieuse, dirigée par le primat de l'Eglise orthodoxe russe, a ensuite eu lieu en la cathédrale Saint-Sauveur, dans le centre de la capitale russe.

Membres de la famille du tueur libérés

Le diplomate russe a été abattu par un policier turc de 22 ans, qui a été tué ensuite par les forces spéciales. Le drame s'est déroulé dans une galerie d'art d'Ankara, alors que l'ambassadeur de Russie prononçait un discours. Les deux pays ont dénoncé une 'provocation' visant à saboter leur coopération.

Les enquêteurs turcs suivent, selon les médias, la piste du réseau de Fethullah Gülen, bête noire du président Recep Tayyip Erdogan qui l'accuse d'avoir ourdi le putsch manqué de cet été. Mais le porte-parole du Kremlin a tempéré les déclarations turques soulignant qu'il ne fallait pas 'tirer de conclusions hâtives' mais 'attendre les résultats du travail du groupe d'enquête'.

Fait inédit, la Turquie a accepté la participation aux investigations de 18 enquêteurs, agents des services secrets et diplomates russes, dépêchés par Moscou.

Les autorités turques ont libéré jeudi les membres de la famille du tueur: ses parents, sa soeur, deux oncles et une tante, placés en garde à vue après l'assassinat, selon l'agence progouvernementale Anadolu. Encore 120 personnes étaient recherchées dans le cadre de l'enquête, selon l'agence.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus