Départ du pape pour Marseille: la migration au menu de la visite

Le pape François s'est envolé vendredi vers Marseille pour une visite de deux jours consacrée ...
Départ du pape pour Marseille: la migration au menu de la visite

Le pape est arrivé à Marseille: la migration au menu de sa visite

Photo: KEYSTONE/AP/Alessandra Tarantino

Le pape François a atterri vendredi à Marseille pour une visite de deux jours consacrée à la Méditerranée et au défi migratoire, dans un contexte d'hostilité croissante envers les candidats à l'exil au sein d'une Europe tentée par le repli.

A son atterrissage, le chef de l'Eglise catholique a été accueilli par la première ministre Elisabeth Borne. En fauteuil roulant, il s'est levé pendant l'exécution des hymnes, avant de saluer en souriant les officiels présents.

'(Nous avons) peu de temps, mais tant de choses (à faire) dans cette ville qui est une porte, une fenêtre sur la Méditerranée', avait-il déclaré aux journalistes l'accompagnant dans l'avion, dénonçant une nouvelle fois le 'terrible manque d'humanité' qui se jouait sur cette mer.

Il est immédiatement parti pour la basilique Notre-Dame de la Garde, la 'Bonne mère', symbole de la deuxième ville de France, juchée sur une colline dominant la baie de Marseille.

Après une prière avec le clergé, il se recueillera sous un ciel radieux, dégagé par le mistral, avec des représentants d'autres confessions, devant le mémorial dédié aux marins et migrants disparus en mer.

Migrants

Le pape devrait une nouvelle fois y dénoncer le drame des naufrages de migrants et plaider la cause des exilés. Un thème cher à François qui ne cesse depuis son élection en 2013 de dénoncer les discours de rejet et les politiques de fermeture des frontières.

Son séjour intervient d'ailleurs après une nouvelle vague d'arrivées sur l'île italienne de Lampedusa, qui a poussé l'Union européenne à adopter un plan d'urgence pour aider Rome à gérer les flux en provenance d'Afrique du Nord, sur une route migratoire devenue la plus dangereuse au monde.

Plus de 28'000 disparus en mer y ont été recensés depuis 2014, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). 'Le plus grand cimetière au monde', déplore régulièrement le pape.

'L'humanité qui coule'

Cette visite se déroule sous haute protection, avec quelque 6000 membres des forces de l'ordre mobilisés et un 'dispositif hors norme', selon un haut responsable policier.

Quelque 60'000 personnes sont attendues samedi pour la messe que le pape doit célébrer au stade vélodrome, autre symbole de la ville, précédée d'une déambulation en papamobile le long du Prado, grande avenue de la ville pavoisée aux couleurs jaune et blanche du Vatican, à laquelle 100'000 autres personnes sont attendues.

En France, pays régi par le principe de laïcité, la visite de Jorge Bergoglio a été diversement reçue, certains à droite critiquant une 'ingérence' politique. 'Il faut espérer qu'on ne retienne pas de ce message la critique qui en est faite, mais que la Méditerranée peut être un point d'union', a affirmé à l'AFP l'archevêque de Paris, Laurent Ulrich.

'Nous attendons des paroles très fortes, c'est notre humanité qui coule si l'Europe ne fait pas quelque chose', avait commenté vendredi matin François Thomas, président de SOS Méditerranée, ONG basée à Marseille qui affrète un navire pour venir en aide aux migrants en détresse.

Laïcité

Des élus de gauche ont appelé Emmanuel Macron à écouter le message d'accueil 'courageux' du pape, au moment où une nouvelle loi sur l'immigration est en préparation en France.

La France insoumise organise de son côté vendredi soir un rassemblement 'laïque' à Marseille 'en solidarité avec les victimes de la barbarie antimigrants'. Plusieurs de ses députés ont par ailleurs récemment accusé le président français Emmanuel Macron de 'piétiner' le principe de laïcité en participant à la grande messe du pape au Vélodrome.

Près de 500 ans après la dernière visite papale à Marseille, ce déplacement est le premier d'un pape en France depuis Benoît XVI en 2008. François s'était brièvement rendu en 2014 à Strasbourg, dans l'Est, mais c'était au Parlement européen.

Malgré le déclin du catholicisme en France, accéléré par la crise des violences sexuelles dans l'Eglise, la visite suscite un fort engouement.

Véronique Dembele, 47 ans, arrivée il y a cinq ans du Mali avec son fils Michel, 15 ans aujourd'hui, est venue de Gap, à près de 200 kilomètres de Marseille, dans le département des Hautes-Alpes.

'C'est une joie immense et un honneur. C'est incroyable mais vrai' de voir le pape, dit cette femme qui dispose désormais d'un titre de séjour. Et elle ne trouve pas 'que cette visite soit politique': le pape 'vient pour soutenir les migrants, mais aussi pour remercier l'Etat de ce qu'il fait pour les migrants. Et il dit a l'Etat d'en faire encore plus'.

Il s'agit du 44e voyage à l'étranger du pape, qui se déplace désormais en fauteuil roulant et a reconnu début septembre que voyager ne lui était 'plus aussi facile qu'au début'.

/ATS
 

Actualités suivantes