Cyberattaque en Allemagne: interpellation d'un homme de 20 ans

La police allemande a annoncé mardi l'interpellation d'un suspect de 20 ans après une cyberattaque ...
Cyberattaque en Allemagne: interpellation d'un homme de 20 ans

Cyberattaque en Allemagne: interpellation d'un homme de 20 ans

Photo: KEYSTONE/EPA/ALEXANDER BECHER

La police allemande a annoncé mardi l'interpellation d'un suspect de 20 ans après une cyberattaque massive qui a créé un choc dans le pays. Des centaines de responsables politiques et de personnalités ont en fait les frais.

L'arrestation du jeune homme, à son domicile dans la région de Francfort, la Hesse, est intervenue dimanche, a précisé la police. Celle-ci a annoncé vouloir donner plus de détails lors d'un conférence de presse en milieu de journée.

Selon le site de l'hebdomadaire Der Spiegel, il s'agit d'un lycéen qui a agi seul et reconnu les faits. Il vit chez ses parents et n'aurait 'pas réalisé toute les conséquences de son acte', indique le journal.

Les autorités allemandes avaient révélé vendredi dernier la publication via un compte twitter de données personnelles ou professionnelles d'environ un millier de responsables politiques. La chancelière Angela Merkel et plusieurs de ses ministres, mais aussi des journalistes et des personnalités du monde du spectacle ont été touchés.

Concernant Angela Merkel la publication avait concerné des adresses emails, déjà semi-publiques, et des liens renvoyant à des lettres lui ayant été adressées. Aucune information hypersensible n'avait toutefois fuité à cette occasion, principalement des contacts, adresses, conversations sur internet, documents d'identité et administratifs, lettres.

Dans un premier temps, certains experts avaient suspecté les milieux de l'ultra-droite d'être à l'origine de ce piratage de mots de passe pour accéder aux comptes privés de ces personnalités. Ils arguaient du fait que le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne est le seul des grands mouvements politiques allemands dont aucun élu n'a été visé par cette cyberattaque.

/ATS
 

Actualités suivantes