Bloquée par la Russie, l'OSCE s'interroge sur son avenir

Bloquée par la Russie, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) s'est ...
Bloquée par la Russie, l'OSCE s'interroge sur son avenir

Bloquée par la Russie, l'OSCE s'interroge sur son avenir

Photo: KEYSTONE/AP/DARKO VOJINOVIC

Bloquée par la Russie, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) s'est retrouvée dans l'impasse et s'interroge sur son avenir, à l'issue d'une conférence annuelle qui s'est achevée vendredi à Lodz dans le centre de la Pologne.

'Nous devons rechercher les solutions qui permettront de maintenir l'organisation en activité', a déclaré le chef de la Diplomatie polonaise Zbigniew Rau, dont le pays assure en 2022 la présidence tournante de l'OSCE, alors que la Russie bloque plusieurs décisions concernant le fonctionnement de cette organisation.

M. Rau se prononçait à l'issue d'une conférence ministérielle de cette organisation sécuritaire de 57 membres de trois continents, crée à l'apogée de la guerre froide pour favoriser les relations entre l'Ouest et l'Est.

Année la plus difficile

'L'idée fondamentale du fonctionnement de l'organisation a été violée par le fait même de l'agression russe contre l'Ukraine', a-t-il déclaré, estimant que l'année en cours était la 'plus difficile dans l'histoire de cette organisation'.

Après le début de la guerre contre l'Ukraine, la Russie a bloqué le renouvellement de la mission permanente de l'OSCE dans ce pays, ainsi que l'extension de la mission qui suivait depuis 2014 le conflit entre Kiev et les séparatistes pro-russes dans l'est de son territoire.

Moscou bloque également l'adoption du budget et à la nomination des organes dirigeants de cette organisation afin d'y 'installer le chaos et la paralysie', a déclaré M. Rau.

La situation de l'OSCE est 'extrêmement difficile, extrêmement imprévisible', a souligné le chef de la Diplomatie polonaise.

Manque de consensus

Le ministre a reconnu que lors de cette réunion aucune déclaration générale n'avait été adoptée par les ministres 'à cause du manque de consensus', principe de base de fonctionnement de cette organisation.

'Nous avons trouvé (...) des moyens de maintenir l'organisation en vie, mais ces instruments n'ont qu'un caractère temporaire', a-t-il souligné.

Le ministre des Affaires étrangères de la Macédoine du Nord, Bujar Osmani, dont le pays assurera la présidence tournante de l'OSCE en 2023, a souligné que l'organisation avait 'besoin d'un consensus pour changer les règles du consensus'.

'Malheureusement, il n'existe aucune base juridique permettant d'exclure un État participant de l'organisation ou de modifier les règles de fonctionnement', a-t-il ajouté se référant également à la demande de l'Ukraine d'exclure la Russie de l'OSCE.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus