Un rapport alerte sur l'accélération de l'extinction des espèces

L'extinction des espèces s'accélère comme jamais auparavant dans l'histoire de l'humanité, ...
Un rapport alerte sur l'accélération de l'extinction des espèces

Image d'illustration (Photo : Pixabay) Image d'illustration (Photo : Pixabay)

L'extinction des espèces s'accélère comme jamais auparavant dans l'histoire de l'humanité, provoquant de graves effets sur les populations humaines du monde entier. Le rapport de l'IPBES, présenté lundi à Paris, tire la sonnette d'alarme.

Un total d'un demi à un million d’espèces sur environ huit millions sont menacées d’extinction, prévient la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) dans son premier rapport mondial sur l’état de la biodiversité et des services écosystémiques.

'Les preuves accablantes contenues dans l'évaluation globale et obtenue à partir d'un large éventail de domaines de connaissances présentent un panorama inquiétant', a déclaré le président de l'IPBES, Robert Watson.

Selon le rapport, les causes directes de la perte de biodiversité sont (en importance décroissante) l'utilisation excessive des terres et de la mer, la dégradation directe des ressources naturelles, le changement climatique, la pollution et les espèces envahissantes. Le rapport montre de manière exhaustive comment la perte de biodiversité et de services naturels est liée aux évolutions sociétales fondamentales.

Au cours des trente dernières années, l'économie mondiale a été multipliée par sept et le commerce mondial par huit. En raison de la mondialisation de l'économie, la production et la consommation de biens sont séparées dans l'espace depuis les années 1980. En conséquence, la charge qui pèse sur la nature s'est fortement déplacée des pays industrialisés vers les pays en développement.

Un rôle pour la Suisse

'C'est pourquoi, dans ses mesures de promotion de la biodiversité et des services écosystémiques, la Suisse doit non seulement garder un oeil sur son propre territoire, mais aussi partager la responsabilité des efforts mondiaux', a déclaré Andreas Heinimann du Centre pour le développement et environnement et de l’Institut de géographie de l'Université de Berne, auteur d'un des chapitres du rapport.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus