Le SPD se prononce à Bonn sur une coalition avec la CDU

Le parti social-démocrate (SPD) décidera dimanche à Bonn s'il entame formellement des discussions ...
Le SPD se prononce à Bonn sur une coalition avec la CDU

Le SPD se prononce à Bonn sur une coalition avec la CDU

Photo: KEYSTONE/EPA/CLEMENS BILAN

Le parti social-démocrate (SPD) décidera dimanche à Bonn s'il entame formellement des discussions avec les conservateurs (CDU-CSU) de la chancelière Angela Merkel pour former un nouveau gouvernement de coalition en Allemagne. Le parti est très divisé avant ce vote.

Martin Schulz, le numéro un du SPD, est confronté à une vive opposition aussi bien venant de l'aile gauche du parti que de ses jeunes militants, qui estiment que leur formation politique doit rester dans l'opposition pour se réinventer, notamment après avoir subi en septembre dernier son plus mauvais résultat de l'après-guerre lors des dernières élections législatives outre-Rhin.

Après que la CDU et le SPD ont signé le 12 janvier un premier accord préparatoire en vue d'une 'grande coalition', quelque 600 délégués du SPD débattront de cette question avant de passer au vote.

Un vote favorable dimanche après-midi conduirait à de nouvelles négociations pour former un gouvernement aux alentours de Pâques. Mais un 'non' mettrait l'Allemagne dans situation inédite. Angela Merkel devrait alors faire le choix de tenter de former un gouvernement minoritaire, ou se résoudre à des élections législatives anticipées à hauts risques pour elle.

Toute l'Europe concernée

Le résultat sera suivi de près par tous les dirigeants européens, qui espèrent voir l'Allemagne sortir de la période d'incertitude dans laquelle le pays est plongé depuis le scrutin du 24 septembre. Cette votation, en plus du mauvais score obtenu par le SPD, avait également été marquée par une forte baisse de la CDU. Martin Schulz avait d'abord exclu tout nouvel accord avec les conservateurs afin que le parti 'se refasse une santé' dans l'opposition, avait-il dit.

Mais depuis il s'est ravisé, notamment sous la pression du président fédéral Frank-Walter Steinmeier, du même parti que lui, et après l'échec des négociations entre la CDU/CSU, les libéraux et les Verts.

Optimisme de mise

Martin Schulz a appelé en fin de semaine les membres de sa formation à approuver l'ouverture de négociations formelles avec les conservateurs, soulignant que de nouvelles élections ne feraient qu'affaiblir le parti.

Plusieurs membres de l'état-major du SPD ont exprimé samedi leur optimisme sur les chances de voir le parti approuver l'ouverture de discussions. Cet optimisme est alimenté par la recommandation faite à ses membres par le SPD de Rhénanie-du-Nord-Westphalie d'approuver ces discussions, assortie toutefois d'une exigence, celle de voir leur chef de file Martin Schulz obtenir davantage de concessions sur les questions du travail, de la santé et de l'immigration.

Lars Klingbeil, secrétaire général du SPD, a déclaré ce week-end au quotidien régional Neue Osnabrücker Zeitung s'attendre à ce que les délégués approuvent l'ouverture des négociations. 'Le SPD sait très bien ce qu'il veut, ce qu'il ne veut pas et ce qui est bon pour le peuple dans le pays', a-t-il déclaré.

En déplacement à Sofia, Angela Merkel s'est elle aussi dite optimiste sur les chances de voir les délégués du SPD approuver l'ouverture formelle de négociations.

/ATS
 

Actualités suivantes