Un mort et une centaine de blessés dans un nouveau séisme en Iran

Une personne est morte et une centaine ont été blessées dans le mouvement de panique qui a ...
Un mort et une centaine de blessés dans un nouveau séisme en Iran

Un mort et une centaine de blessés dans un nouveau séisme en Iran

Photo: KEYSTONE/EPA/MADE NAGI

Une personne est morte et une centaine ont été blessées dans le mouvement de panique qui a suivi le tremblement de terre mercredi soir en Iran, selon une source officielle jeudi. Le pays a été frappé par plusieurs séismes depuis début novembre.

D'une magnitude de 5,2 selon le Centre sismologique de l'Université de Téhéran, le séisme est survenu vers 23h30 locales (21h00 en Suisse). Une femme est morte dans la précipitation en s'enfuyant de sa maison à Malard, ville la plus proche de l'épicentre du séisme, à une quarantaine de kilomètres du centre de Téhéran, selon l'agence Irna.

Morteza Salimi, chef de l'Organisation nationale des secours, a indiqué que '97 individus ont été blessés' dans les provinces de Téhéran, Alborz (voisine de Téhéran) et la ville de Saveh, à 110 kilomètres au sud-ouest de la capitale. Selon plusieurs médias, tous ont été blessés dans la précipitation en quittant leur maison. Le séisme n'a pas fait de dégâts matériels, ont indiqué les autorités.

Le tremblement de terre a été ressenti pendant une dizaine de secondes à Téhéran. Selon le Centre sismologique de l'Université de Téhéran, il a été suivi d'une douzaine de répliques de faible magnitude.

Net regain d'activité

Situé aux confins de plusieurs plaques tectoniques et traversé par plusieurs failles, l'Iran est une zone de forte activité sismique. Et un net regain d'activité a été observé depuis début novembre avec plusieurs tremblements de terre d'une magnitude supérieure à 5 frappant l'Iran.

Le 12 novembre, un séisme de magnitude 7,3 avait fait 620 morts et plus de 12'000 blessés dans la province de Kermanshah. La catastrophe avait également fait 8 morts en Irak. Les autres séismes survenus entre cette catastrophe et la secousse de mercredi soir n'ont fait que peu de dégâts et aucun mort.

La menace sismique est une épée de Damoclès surtout pour les quelques 8,5 millions d'habitants de Téhéran. Des milliers d'habitants de la capitale ont quitté la ville mercredi soir pour passer le week-end dans leurs familles en province.

Augmentation de la pollution

Dans le même temps, la forte pollution atmosphérique, qui rend l'air difficilement respirable depuis dimanche à Téhéran, a encore augmenté dans la nuit. En cause: la circulation de dizaines de milliers de voitures ou d'habitants qui ont passé la nuit dans leur véhicule, le moteur allumé à cause du froid.

Selon la compagnie chargée de la distribution de combustibles, les Téhéranais ont consommé entre le moment du séisme et six heures du matin dix millions de litres d'essence, soit deux fois plus qu'un jour normal.

Selon la municipalité, la concentration en particules fines (PM2,5) dans l'air est encore montée jeudi avec une moyenne de 170 microgrammes par mètre cube et des pics allant jusqu'à 210 et 219 dans certains quartiers de Téhéran. L'Organisation mondiale de la santé recommande un taux inférieur à 25 μg/m3 en moyenne sur 24 heures.

/ATS
 

Articles les plus lus