Pour Sion, tout devient plus compliqué

Le FC Sion est vraiment en danger, après sa défaite 2-0 contre Vaduz lors de la 22e journée ...
Pour Sion, tout devient plus compliqué

Pour Sion, tout devient plus compliqué

Photo: KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

Le FC Sion est vraiment en danger, après sa défaite 2-0 contre Vaduz lors de la 22e journée de Super League dimanche. Lausanne a lui battu 2-0 Lugano.

Sion a perdu le match qu'il ne devait pas perdre. Celui qu'il devait gagner pour éluder toutes les allusions à sa situation mal embarquée au classement. Les Valaisans ne pourront désormais plus s'en cacher. Oui, la Super League est des plus serrées, mais plus aucune équipe n'a moins de points que celle de Fabio Grosso.

Car Vaduz est parvenu à revenir à hauteur du FC Sion ce dimanche, même s'il reste lanterne rouge. A Tourbillon, dans une rencontre où le spectacle avait choisi de ne pas s'attarder, les Sédunois se sont laissé avoir par des Liechtensteinois toujours plus menaçants. Et ils sont malins, aussi, notamment sur coups de pied arrêtés.

Deux penalties pour Vaduz

C'est sur ce genre de situation que Yannick Schmid est parvenu à obtenir un penalty, lui dont le maillot était agrippé par Jan Bamert. Gabriel Lüchinger n'a pas tremblé, et a trompé Timothy Fayulu à un quart d'heure du terme. Bamert a même concédé un second penalty, en touchant de la main un ballon d'Ibrisimovic. Mohamed Coulibaly l'a transformé (93e), sonnant le glas des espoirs valaisans.

Mais c'est avant que Sion aurait dû s'éviter toute complication. Non pas que la troupe de Grosso ait été particulièrement emballante, mais elle a su exister par instants. Sur une frappe trop enlevée d'Anto Grgic après sept minutes, sur un essai de Luca Clemenza juste à côté (52e) ou surtout sur un tir de Matteo Tosetti qui s'est écrasé sur le poteau avant de longer la ligne de but (67e).

Sauf que les Valaisans disposent de trop peu d'arguments pour avoir une consistance dans le jeu. La création est un mot trop souvent banni du plan de jeu sédunois et face à une équipe de la cohérence de Vaduz, cela se voit. Il leur faudra trouver des ressources pour s'éviter un printemps de tous les dangers.

Mais ils ont une petite chance: Lucerne n'est qu'à trois points. A quinze secondes du coup de sifflet final, l'écart était d'une unité de moins, mais Marvin Schulz est parvenu à offrir une égalisation méritée (2-2) à son équipe contre Young Boys.

D'autant plus que les joueurs de Fabio Celestini ont longtemps mené contre Young Boys, après un but de Filip Ugrinic en première période. Mais Christian Fassnacht (71e) a égalisé, avant qu'un but contre-son-camp de Stefan Knezevic (87e) ne permettent aux héros européens de la semaine de croire à la victoire. Pas de quoi toutefois les frustrer, eux qui accroissent leur avance en tête (19 points de plus que Bâle désormais).

Succès mérité pour le LS

Et puis, Lausanne n'est de loin pas débarrassé de cette lutte pour le maintien. Mais les Vaudois ont assurément fait le boulot dimanche, en battant 2-0 Lugano à la Tuilière. Une victoire nette qui rappelle que le LS a vraiment une âme et que son début d'année ne représente pas vraiment ses qualités.

Hicham Mahou et Cameron Puertas ont été les deux grands hommes de cette partie. Les deux buteurs, un par mi-temps, mais surtout les deux éléments les plus actifs et les plus dangereux. Hyper remuants, ils ont incarné la folie qu'est capable d'avoir cette jeune équipe lorsque tout va bien.

Surtout face à une équipe comme Lugano, jamais évidente à bouger. Mais pour le retour de Reto Ziegler en Suisse, celui-ci n'a rien pu faire pour éviter les assauts lausannois. Et il lui faudra peut-être un peu de temps de jeu avant de pouvoir être d'un réel apport pour les Tessinois.

/ATS
 

Actualités suivantes