Ligue des champions: le RB Leipzig terrasse l'Atlético Madrid

Le RB Leipzig affrontera le PSG en demi-finale de la Ligue des champions. Les Allemands ont ...
Ligue des champions: le RB Leipzig terrasse l'Atlético Madrid

Ligue des champions: le RB Leipzig terrasse l'Atlético Madrid

Photo: KEYSTONE/EPA/Miguel A. Lopes / POOL

Le RB Leipzig affrontera le PSG en demi-finale de la Ligue des champions. Les Allemands ont obtenu leur billet en battant l'Atlético Madrid 2-1 lors du quart de finale du 'Final 8' à Lisbonne.

Cette qualification historique pour le club de l'ancienne Allemagne de l'est répond à une certaine logique. Elle récompense l'équipe qui a montré le visage le plus attractif, qui a tenté de jouer et l'a fait avec un certain talent.

Leipzig a marqué par Olmo (50e) et Adams (88e). Les Espagnols avaient égalisé sur un penalty de Joao Félix (71e). L'Atlético, qui faisait figure de favori en raison de son expérience et de sa roublardise, a quand même beaucoup déçu.

Le résumé des actions saillantes d'une première période bloquée tient en peu de signes: une volée non cadrée d'Halstenberg (4e) et une tête d'Upamecano (45e) côté allemand, une tête de Savic (10e) et un bon tir de Carrasco (13e) sur lequel Gulasci se détendait bien pour les Madrilènes: bien pauvre en ce qui concerne le spectacle et les émotions...

Certes, Leipzig manifestait plus d'ambition dans son jeu, mais ses manoeuvres se brisaient chaque fois sur le mur mis en place par les Colchoneros devant Oblak. L'opposition des styles, au lieu de débrider la partie, la bridait presque totalement.

Enfin un but

Heureusement, à la reprise, un but tombait enfin. Une belle action collective des Allemands était conclue de la tête par Olmo, sur un centre de Sabitzer (50e). Les intentions des joueurs de Leipzig se voyaient ainsi récompensées.

Cela avait surtout le mérite d'obliger l'Atlético à abandonner un peu de sa légendaire prudence. Diego Simeone faisait ainsi entrer Joao Félix à la place d'Herrera peu avant l'heure de jeu. La mesure payait rapidement, puisque le Portugais obtenait et transformait un penalty (71e) qui remettait les deux équipes à égalité.

Alors que le spectre des prolongations s'approchait, le match basculait en faveur de l'outsider. Une frappe de l'Américain Adams trompait Oblak après une malencontreuse déviation de Savic (88e). Les Espagnols n'allaient pas pouvoir réagir, malgré d'interminables arrêts de jeu.

/ATS
 

Actualités suivantes