Embolo se défend d'avoir fait la fête

L'attaquant du Borussia Mönchengladbach Breel Embolo se défend contre les reproches d'avoir ...
Embolo se défend d'avoir fait la fête

Embolo écarté par Gladbach

Photo: KEYSTONE/AP/Martin Meissner

Breel Embolo a été écarté par le Borussia Mönchengladbach. L'international suisse est soupçonné d'avoir violé les règles sanitaires imposées aux footballeurs.

Le Bâlois n'est pas sur la feuille de match mardi soir pour la rencontre de Bundesliga contre le Werder Brême et ne reprendra l'entraînement qu'après avoir subi des tests négatifs de coronavirus.

Le quotidien Bild affirme qu'Embolo a participé à une soirée dimanche où se trouvaient 23 personnes, et où le port du masque et la distance sociale n'ont pas été respectés.

Embolo a démenti formellement, et expliqué sur Instagram: 'Dans la nuit de dimanche, après le match contre Stuttgart (2-2 ndlr) je suis allé dîner avec un ami. Dans les circonstances actuelles, c'était une erreur'. Mais l'attaquant dément totalement avoir pris part à la soirée controversée: 'C'est une fausse information. L'appartement dans lequel je me trouvais se trouvait à proximité du local dans lequel cette party avait lieu', a-t-il fait savoir.

Embolo a expliqué sur le compte Twitter de son club que la police avait bien pris ses coordonnées personnelles. Mais cela s'est passé dans l'appartement d'un ami chez qui il s'est rendu pour suivre un match de basketball à la TV.

Un porte-parole de la police s'est exprimé après la justification d'Embolo. 'Nous avons pris connaissance de la déposition de M. Embolo. Nous n'avons effectué aucun engagement dans le voisinage. Notre action s'est concentrée sur le bâtiment du restaurant.'Il n'a pas donné de détails de l'endroit exact où les fonctionnaires ont attrapé les fêtards.

Selon une communication de police de lundi, la fête s'était déroulée sans distanciation sociale ni port du masque. Aucun des participants ne résidait à Essen. Ils provenaient de Dusseldorf, Cologne et même Stuttgart. Les vingt-trois participants ont fait l'objet d'une plainte et ont été expulsés du local.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus