La relève d'Union Neuchâtel monte en puissance

C’est le fruit de trois ans de collaboration entre les clubs de basketball du canton. Des M14 ...
La relève d'Union Neuchâtel monte en puissance

C’est le fruit de trois ans de collaboration entre les clubs de basketball du canton. Des M14 au M23, trois équipes neuchâteloises se sont qualifiées pour le dernier carré de leur championnat de Suisse

Le Chaux-de-Fonnier Silmy Joao Caputo est l'exemple du joueur qui est sorti de la filière de formation neuchâteloise. (Photo : Albin Tissier) Le Chaux-de-Fonnier Silmy Joao Caputo est l'exemple du joueur qui est sorti de la filière de formation neuchâteloise. (Photo : Albin Tissier)

Union Neuchâtel ne dispose pas uniquement d’une équipe au sein de l’élite, en Swiss Basketball League. Le club du Littoral se caractérise aussi aujourd’hui par la montée en force des plus jeunes. Son équipe des moins de 23 ans est devenue vice-championne de Suisse de 1re ligue dimanche, après avoir perdu de deux points la finale pour le titre contre Lugano.

Union Neuchâtel est également très bien représenté au sein de la filière élite de Neuchâtel-Région : les formations des moins de 14 et de 18 ans se sont également qualifiées pour le final four de leur catégorie respective. Pour le président du mouvement jeunesse d’Union Neuchâtel, Joël Donzé, ces résultats réjouissants constituent une première. C’est le déjà le fruit d’une collaboration étroite avec les autres clubs du canton : « Il faut être clair sans cette collaboration, nous ne serions jamais parvenus à obtenir de telles performances ».

Joël Donzé : « On a dû développer une filière élite avec les clubs partenaires ».

En l’espace de trois ans, le mouvement jeunesse d’Union Neuchâtel a pris du volume et de l’importance. Celui-ci compte aujourd’hui quelque 300 jeunes répartis dans 21 équipes. La collaboration active avec les autres clubs du canton, Marin, Val-de-Ruz et La Chaux-de-Fonds, est à l’origine de cette progression. Mais l’engagement d’un directeur technique expérimenté, aujourd’hui à plein temps, en l’occurrence David Madama, a contribué à rendre la structure plus performante. Le formateur français, qui a notamment passé par le BC Boncourt, insiste beaucoup sur l’importance du travail foncier avec les plus jeunes : « C’est la base de la pyramide. Plus elle est large mieux c’est. On a mis l’accent sur le mini-basket. Il est important que les jeunes disposent rapidement des bases et des fondamentaux techniques de leur sport ».

David Madama : « Le club peut voir l’avenir plus sereinement »

Si David Madama s’applique aussi à resserrer les liens entre les 21 coaches du club, son arrivée a bel et bien servi à consolider la base de la pyramide de formation. Il sait en revanche qu’Union Neuchâtel a atteint aujourd’hui la limite de sa capacité d’accueil faute aussi de disposer d’infrastructures adéquates. Joel Donzé en est bien conscient. Le président du mouvement jeunesse s’arrête sur une conclusion plus positive : « A mon arrivée, ma priorité était que les jeunes s’identifient au club. Et j’ai le sentiment qu’aujourd’hui, cela marche ».

Joël Donzé : « On voit les jeunes qui viennent aux matches de la première équipe »

Le renforcement du mouvement juniors doit aussi servir à plus long terme les intérêts de la première équipe d’Union Neuchâtel. « Même si retenir ses meilleurs éléments n’est jamais aisé » concède encore Joël Donzé. /mne 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus