Une fin d'année en queue de poisson pour le Servette FC

Fin d'année en queue de poisson pour le Servette FC. Les Grenat ne sont pas parvenus à battre ...
Une fin d'année en queue de poisson pour le Servette FC

Une fin d'année en queue de poisson pour le Servette FC

Photo: Keystone/MARTIAL TREZZINI

Fin d'année en queue de poisson pour le Servette FC. Les Grenat ne sont pas parvenus à battre Vaduz en Super League mercredi, concédant le 1-1 en fin de match.

La période est aux cadeaux. Mercredi, Servette et Vaduz sont allés du leur, histoire de terminer l'année en bons amis. Un match nul 1-1, pas dramatique pour les Grenat (mais tout de même un peu triste), et mérité pour des Liechtensteinois qui restaient sur cinq défaites consécutives, mais dont la bonne volonté n'est pas à renier.

Au point que Tunahan Cicek a même fait preuve de générosité. Sur un coup franc excentré de Théo Valls, le meneur de jeu de Vaduz, présent dans le mur, s'est retourné et a touché du bras le centre du milieu grenat. Penalty offert, transformé par Grejohn Kyei, juste avant l'heure de jeu. Le cinquième but du Français, qui aurait pu en inscrire un sixième si sa balle piquée de la 75e n'avait pas fini au-dessus.

Cela aurait été vraiment bienvenu. Car Servette a un peu bêtement laissé Vaduz égaliser à la 86e minute. Sur un corner de Gabriel Lüchinger, Sandro Wieser a pris le meilleur sur Boris Cespedes pour tromper Jérémy Frick. La magie de Noël n'a donc pas fonctionné pour les Genevois, qui n'ont pas vraiment fait le match qu'il fallait pour finir l'année en beauté. De quoi laisser un petit goût amer juste avant de manger la dinde.

Vaduz plus dominateur

Car jouer le 23 décembre a forcément quelque chose d'inédit en Suisse. Cela n'excuse pas tout, surtout dans une année où la normalité a été abandonnée très tôt. Mais à l'avant-veille de Noël, personne n'avait absolument envie de se saigner à la tâche. Les vacances tomberont bien pour des équipes qui ont subi un rythme éreintant ces dernières semaines. Mercredi, Servette disputait par exemple son dixième match en trente-deux jours.

Vaduz n'était pas moins à plaindre, qu'importe son calendrier un peu plus allégé. Mais l'enchaînement des défaites n'a pas été suffisamment lourd à porter pour couper les jambes des Liechtstensteinois. Ce sont en effet eux qui ont été globalement les plus dangereux: sur une action bien construite terminée par une frappe de Manuel Sutter (15e) ou surtout les tentatives de Cicek (une barre à la 27e, après une relance complètement ratée d'Ondoua, un tir juste avant la pause et un arrêt miraculeux de Frick à la 47e). Une abnégation finalement récompensée.

Bâle s'impose à Lucerne

De son côté, Bâle a conclu l'année de la meilleure des façons. Les Rhénans l'ont emporté 2-1 à Lucerne. Arthur Cabral s'est d'abord fait l'auteur d'une déviation astucieuse (23e), avant que Pajtim Kasami ne trouve la lunette d'une très belle frappe des vingt mètres après la demi-heure de jeu.

Si Pascal Schürpf avait réduit la marque à la 66e minute, après un ballon relâché par Lindner et un certain cafouillage, Bâle a tenu. Un succès qui permet au FCB de conserver sa deuxième place, même si Lugano peut théoriquement le dépasser avec ses deux matchs à rattraper mi-janvier. D'ici là, tout le monde aura bien soufflé.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus